• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La majorité des Canadiens n’arrivent pas à suivre le coût de la vie

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Cosmin Dzsurdzsa

Une majorité de Canadiens ont du mal à faire face à l’augmentation du coût de la vie, selon un nouveau sondage Angus Reid, et sept sur dix disent s’inquiéter régulièrement de l’argent.

Selon l’indice du coût de la vie, 53 % des Canadiens sont d’accord ou tout à fait d’accord avec l’énoncé suivant : “Je n’arrive pas à suivre le coût de la vie.”

Dans le cadre de l’indice, 1 622 Canadiens ont été interrogés en ligne entre le 11 et le 13 février sur diverses questions, notamment l’accessibilité à l’épicerie, le loyer ou l’hypothèque et le coût des services de garde d’enfants.

“À mesure que les prix augmentent, de plus en plus de Canadiens modifient ce qu’ils achètent afin de garder de l’argent pour les produits essentiels. Près de la moitié (46 %) ont déclaré qu’ils se tournent vers des marques moins chères et de moindre qualité à l’épicerie en raison de la hausse des prix des aliments, et trois sur cinq (62 %) ont déclaré qu’ils n’allaient pas aussi souvent au restaurant, même si les restrictions s’assouplissent dans tout le pays”, ont écrit les chercheurs.

De plus, 51 % des répondants ont dit qu’ils seraient incapables de faire face à une dépense imprévue de 1 000 $.

Si l’on répartit les résultats par région, les Saskatchewanais semblent les plus résilients parmi les provinces, puisque seulement 27 % d’entre eux ont déclaré ne pas pouvoir faire face à une dépense imprévue.

En ce qui concerne le stress lié aux finances, 70 % des Canadiens ont déclaré avoir régulièrement des soucis d’argent.

Les personnes interrogées s’inquiètent également de perdre leur emploi, 36 % d’entre elles craignant qu’un membre de leur ménage se retrouve sans emploi.

“L’inquiétude n’est pas égale dans tout le pays. Au moins deux personnes sur cinq dans chacune des quatre provinces les plus à l’ouest du pays disent craindre que les pertes d’emploi affectent leur ménage. Moins de personnes en Ontario, au Québec et dans les provinces de l’Atlantique sont du même avis”, ont écrit les chercheurs.

Les résultats vont dans le sens d’autres sondages qui indiquent une population de plus en plus inquiète de l’état de l’économie et de ses conséquences sur ses finances personnelles.

Le mois dernier, l’indice d’endettement des consommateurs de MNP a indiqué que 43 % des Canadiens avaient du mal à rembourser leurs dettes.

“Il est de plus en plus difficile pour les Canadiens de voir la lumière au bout du tunnel”, a déclaré Grant Bazian, président de MNP LTD, le 17 janvier.

“Les dépenses inattendues sont l’un des principaux facteurs contribuant aux troubles financiers des ménages, et beaucoup commencent la nouvelle année en recevant une autre série de fermetures d’entreprises inattendues, de réduction des heures de travail ou de perte d’emploi, et de problèmes de santé liés au COVID.”

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

État d’urgence : l’Alberta poursuit Trudeau !

Un tribunal fédéral a accordé à l’Alberta le statut d’intervenant pour soutenir l’Association canadienne des libertés civiles et le Fonds constitutionnel canadien dans leur contestation

La censure de l’internet ne passe pas

Twitter Canada a déclaré au gouvernement canadien que son plan de régulation des ”discours haineux” (lire ici, des discours pas assez woke) était digne de

Bonis à la SAQ, souriez c’est vous qui payez

Alors que les sociétés d’État n’ont aucune compétition, les dirigeants s’octroient des bonis de performance. Lors de l’exercice financier 2020-21, les cadres de la Société

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC