• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La pornographie n’est plus un phénomène strictement masculin

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Après l’élimination des frais d’accès aux sites XXX les plus populaires, qui aurait cru que l’augmentation de leur fréquentation aurait été attribuée aux femmes?

La circulation a augmenté considérablement sur les sites XXX en cette période de confinement, et étrangement, cette hausse de fréquentation est due davantage [aux] femmes qu’aux hommes. Il semble que de plus en plus de femmes consomment de la pornographie en ligne. Effectivement, tout près de la moitié des femmes admettent avoir déjà consommé de la pornographie par le biais de la technologie électronique. Globalement, elles ne représentent que près d’un tier des consommateurs du sexe en ligne.

L’attrait pour le XXX

Que ce soit pour se sentir vivantes ou s’accorder des moments d’intensité, les femmes ont des raisons qui les poussent de plus en plus à avoir recours aux sites XXX, et ces raisons sont différentes d’une femme à l’autre. Toutefois, ces femmes ont un point en commun, elles recherchent, pour la plupart d’entre elles, l’aspect naturel des scènes ainsi qu’une diversité corporelle.

Un appareil prisé

Contrairement aux hommes, 80 % des femmes [qui] consomment de la pornographie le font à partir de leur appareil téléphonique ou sur leur tablette. En fait, 72 % d’entre elles privilégient le téléphone intelligent, 8 %, la tablette et 21 %, l’ordinateur. Dans cette étude, les hommes, pour leur part, privilégient l’appareil téléphonique à 69 %.

Chez les femmes mariées

Selon une enquête menée par l’Université de Cambridge sur la vie sexuelle des hommes et des femmes, il y aurait 39 % de la gente masculine qui abandonne la consommation de films érotiques après le mariage. Par contre, chez la gente féminine, elle augmenterait de 311 %, une fois la bague au doigt. Ces informations soulèvent la question sur les besoins des femmes et des hommes une fois mariés.

Pornographie et fragilité du couple

Cette statistique pourrait être inquiétante parce que contrairement à la croyance populaire, la pornographie ne soude pas toujours le couple. Selon le Time, il y aurait deux fois plus de probabilités de divorce lorsque l’époux consomme de la pornographie. D’ailleurs, selon un document de travail présenté à l’American Sociological Association, les femmes qui commencent à regarder de la porno sont trois fois plus susceptibles de se séparer de leur conjoint.

Parfois, parler de notre relation sexuelle avec notre partenaire s’avère délicat parce que la sexualité repose sur l’art de se mettre à nu et de partager cette intimité. Anick Ferron, psychologue spécialisée en sexologie, met le doigt sur un élément important de la vie à deux, la transparence, particulièrement en matière d’intimité. Voici ce qu’elle conseille : « Toutefois, que la visualisation de pornographie soit récréative, problématique ou compulsive, il est essentiel de rencontrer un professionnel si celle-ci affecte le ou la partenaire ou nuit à la relation de couple. »

Le fait qu’il y ait un plus grand nombre de femmes qui consomment de la pornographie est un indicateur du besoin de vivre une plus grande intensité dans l’intimité. Or, d’où vient ce besoin grandissant chez les femmes? Qu’est-ce qui les motive aujourd’hui à se tourner vers la pornographie, alors qu’hier, elles la dédaignaient. Consulter un professionnel pourrait du moins aider les femmes à identifier ce besoin, à en cerner la pertinence et la source. Quant aux hommes, consulter est pratiquement un aveu de ne pas être à la hauteur des besoins de sa partenaire. Pourtant, ils pourraient, eux aussi, mieux comprendre d’où vient ce besoin de pornographie et quel impact celle-ci a sur leur vie de couple.

Que ce confinement contribue à faire grandir les couples et épanouir leur vie conjugale. Parfois, pour vivre un beau parcours avec l’autre, un regard de l’extérieur peut aider à voir que le bonheur est plus près de soi qu’il en a l’air.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

CHSLD : De Charybde en Scylla ! Sortez les gens de là !

L’expression « De Charybde en Scylla » nous vient de la mythologie grecque (L’Odyssée, Ulysse). Il s’agissait de deux monstres et en naviguant dans un certain passage, tu évitais le premier pour te ramasser avec l’autre.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Éric Lanthier

Mettre en valeur l’entrepreneuriat et l’innovation

En 2009, quelques mois après le début de la crise financière, les inventeurs et les professionnels qui s’étaient réunis au Salon international des inventions de Genève ont relancé cette expression, La crise est la mère de toutes les inventions. J’espère que la crise actuelle mettra en valeur l’innovation et l’entrepreneuriat québécois.

Sébastien Proulx ADQ

Le Québec a besoin d’une opposition constructive

Règle générale, une crise comporte quatre phases. La première, la phase héroïque, où les leaders prennent en charge la situation avec courage et bienveillance. On se retrousse les manches, on attaque bravement le problème pour y remédier. Ensuite, vient la phase de la lune de miel. C’est là que l’on voit l’efficacité de ses mesures. Les choses bougent, on a confiance et tout le monde coopère. Or, vient un temps où la patience de tout un chacun est mise à rude épreuve, la lune de miel est terminée, et c’est la désillusion. C’est la troisième phase. Les plaintes affluent, et les critiques des partis de l’opposition se font entendre. Ceux-ci ont un choix à faire, répliquer pour construire et aider, ou contester en opportunistes. Enfin, la quatrième phase, c’est la reconstruction.