• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le Cabinet a appris une «percée» potentielle alors que le gouvernement Trudeau invoquait la Loi sur les mesures d’urgence

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Justin Trudeau au parlement canadien. Capture d'écran chaîne parlementaire
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Les procès-verbaux fortement expurgés d’une réunion du cabinet tenue à la veille de l’invocation par le gouvernement Trudeau de la Loi sur les mesures d’urgence suggèrent que les responsables étaient sur le point d’une percée potentielle avec le blocus du Freedom Convoy du centre-ville d’Ottawa, selon des documents judiciaires.

La révélation, rapportée pour la première fois par le Toronto Star, est contenue dans les minutes d’une réunion du cabinet tenue le 13 février, un jour avant que le premier ministre Justin Trudeau n’annonce la toute première invocation par le Canada de la Loi sur les mesures d’urgence pour éliminer les blocages en cours du Freedom Convoy au centre-ville d’Ottawa et aux passages frontaliers terrestres partout au pays.

La réunion, présidée par le Premier ministre et en présence de hauts responsables du cabinet et du gouvernement, comprenait une mise à jour du conseiller à la sécurité nationale et au renseignement, Jody Thomas, qui fait allusion à des progrès inexpliqués et non élaborés dans la suppression des blocages.

« Le conseiller à la sécurité nationale et au renseignement a indiqué que les gains en matière d’application de la loi ont été importants et qu’il y avait un potentiel pour une percée à Ottawa, en Ontario. et que la GRC prenait des mesures d’application de la loi à Coutts, en Alberta », a lu le document sous un titre intitulé« mise à jour de la situation ».

“De plus, elle a noté que la GRC aide dans diverses zones touchées à travers le pays et se concentre sur les zones où l’application ou le risque d’escalade est le plus aigu.”

Comme le reste du document a été noirci avant la divulgation, aucun détail sur cette percée n’a été fourni.

La réunion a eu lieu entre 20h et 22h. le 13 février, la veille au soir de l’annonce par le premier ministre de l’invocation de la Loi sur les mesures d’urgence — la première fois que la loi était utilisée depuis sa création en 1988 en remplacement de la Loi sur les mesures de guerre.

Des parties non expurgées du procès-verbal indiquent également que Thomas a indiqué qu’un certain nombre de postes frontaliers étaient toujours bloqués, malgré les efforts de la police locale pour les maintenir ouverts.

“Le conseiller à la sécurité nationale et au renseignement a informé le ministre que, dans l’ensemble, les médias sociaux continuent de jouer un rôle actif dans la communication et l’organisation des manifestants à travers le pays, et que la tactique consistant à utiliser l’activité des véhicules lents semble avoir été efficace”, a déclaré le minutes lues.

“Elle a noté que le tableau de la menace en ce qui concerne l’extrémisme violent à motivation idéologique reste stable et a changé, et que le Service canadien du renseignement de sécurité continue de surveiller les personnes d’intérêt.”

Le procès-verbal n’était que l’un des 11 documents mis à disposition dans la divulgation, tous fortement expurgés et contenant peu de détails.

Bien que les censeurs du gouvernement aient également attiré l’attention, le procès-verbal d’une réunion du groupe d’intervention en cas d’incident tenue plus tôt le 13 février contenait une mise à jour du ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, dans laquelle il a signalé que de «grands progrès» avaient été réalisés pour sécuriser le pont Ambassador à Windsor, en Ontario. ., mais aucun calendrier n’existait quant au moment où le pont pourrait rouvrir.

Le blocus d’une semaine du pont Ambassador prendrait fin ce soir-là, à la suite de négociations avec des manifestants et de plusieurs arrestations.

Les avocats des deux organisations ont comparu devant le juge de la Cour fédérale Richard Mosley plus tôt cette semaine pour demander la publication des documents non expurgés dans le cadre de leur contestation.

Le procès-verbal documente également les mesures que le gouvernement était prêt à prendre pour s’assurer que les véhicules du blocus soient remorqués, notamment en obtenant une “liste d’individus dans différents lieux géographiques capables de conduire des camions et d’autres véhicules appartenant à des manifestants”, ainsi que ceux “capables de conduire”. dépanneuses.

Alexander Cohen, porte-parole du ministre Mendicino, a déclaré au National Post que les percées potentielles faisaient référence aux négociations «menées principalement par la ville d’Ottawa avec des bloqueurs illégaux» dans les jours qui ont précédé l’invocation par le gouvernement de la Loi sur les mesures d’urgence.

“Le gouvernement a surveillé de près l’état des négociations, qui ont été désavouées par de nombreuses personnes associées au soi-disant Freedom Convoy et ont finalement échoué”, a déclaré Cohen.

“Le gouvernement a considéré cela comme un facteur dans la décision d’invoquer la loi sur les mesures d’urgence.”

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Le nouveau Panier Bleu est en ligne

La nouvelle version du Panier Bleu, devenu une entreprise privée l’été dernier, sera en ligne à compter de 13 h aujourd’hui.   «On a des petits,

Bienvenue au Caquistan !

Mea culpa, je me suis un peu trompé dans mes prédictions. Je disais CAQ 97 et finalement ce n’était ”que” 90. J’ai sous-estimé le PQ

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles

Moins d’impôts? Moins de dépenses!

Un texte de Nicolas Gagnon, Directeur Québec à la Fédération Canadienne des Contribuables La campagne électorale n’est peut-être pas terminée, mais il est clair que