• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le CJFC intente une action en justice contre le Québec pour sa taxe sur les non-vaccinés

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Joseph Bielmeier

Le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles (CJFC) a annoncé qu’il allait engager une action en justice contre le projet du Québec de mettre en place une “taxe santé” contre ceux qui choisissent de ne pas se faire vacciner contre le COVID-19.

La CJFC affirme que le projet de la province de taxer les personnes non vaccinées viole la Charte des droits et libertés du Canada.

La “taxe santé” proposée par le Québec constitue une violation flagrante des droits des Québécois en vertu de la Charte et un affront à l’égalité qui a fait la réputation du Canada dans le passé”, a déclaré John Carpay, président de la CJFC.

La CJFC soutient que chaque individu a droit à une protection égale et au bénéfice de la loi sans discrimination.

“Il s’agit d’une attaque flagrante contre une minorité de la société. Historiquement, la persécution d’une minorité par le biais de la fiscalité a ouvert la voie à d’autres mesures plus graves. Nous combattrons cette taxe discriminatoire et non scientifique devant les tribunaux et défendrons le droit à l’autonomie corporelle des Québécois et de tous les Canadiens. Cette injustice n’a pas sa place au Canada”, a déclaré M. Carpay.

Au Québec, 78,3 % de la population est actuellement doublement vaccinée, plus de 85 % ayant reçu au moins une dose.

Bien que le premier ministre du Québec, François Legault, n’ait pas précisé quand la taxe serait mise en œuvre, il a indiqué que le montant serait “significatif”.

Le Québec n’est pas le seul gouvernement à taxer les personnes non vaccinées, puisque plusieurs pays européens ont mis en place des politiques similaires. L’Autriche a annoncé que toute personne non vaccinée âgée de plus de 13 ans devrait payer 3 600 euros – soit l’équivalent de 4 000 dollars – tous les trois mois. Cette politique devrait entrer en vigueur en février.

D’autres pays ont imposé des frais spécifiques à des groupes d’âge. La Grèce et l’Italie ont toutes deux instauré des amendes pour les personnes de plus de 60 ans qui choisissent de ne pas se faire vacciner par le COVID. En Grèce, l’amende s’élève à 100 euros par mois. En Italie, les personnes qui refusent de payer une amende de 600 à 1500 euros risquent également de perdre leur salaire.

Plus tôt en janvier, le Québec a également été la première province canadienne à annoncer qu’elle passerait à un passeport vaccinal à trois doses. La nouvelle “taxe santé” s’inscrirait dans la même logique que le passeport vaccinal et devrait être payée par ceux qui choisissent de ne pas recevoir trois doses des vaccins recommandés COVID-19.

La CJFC n’est pas la seule à s’élever contre l'” impôt-santé ” de la province. Comme le rapportait précédemment True North, l’Association canadienne des libertés civiles (ACLC) a également condamné toute pénalité financière visant les Canadiens non vaccinés.

“Le premier ministre Legault prend l’initiative sans précédent de taxer les Canadiens en fonction de leurs choix médicaux personnels”, a déclaré Cara Zwibel, avocate et porte-parole de l’ACLC.

“Il s’agit d’une mesure qui divise et qui finira par punir et aliéner ceux qui ont peut-être le plus besoin de soutien et de services de santé publique”.

Zwibel affirme que de nombreuses personnes non vaccinées rencontrent des obstacles pour accéder aux soins de santé en raison d’expériences négatives antérieures au sein du système.

Le député conservateur Pierre Poilievre a également dénoncé la nouvelle politique, affirmant que c’est la rhétorique du Premier ministre Justin Trudeau qui a encouragé le gouvernement québécois. Dans un tweet publié jeudi, M. Poilievre a déclaré : “(l)a portée excessive du gouvernement est le résultat direct de la démagogie haineuse de Trudeau, qui cible une minorité pour diviser et détourner l’attention de ses propres échecs”.

Bien que Trudeau n’ait pas approuvé la “taxe santé”, il a qualifié les Canadiens non vaccinés d'”extrémistes, de misogynes et de racistes”.

Les députés conservateurs Michael Cooper, Garnett Genuis et Jeremy Patzer ont également condamné l'”impôt-santé”, tandis que le chef conservateur Erin O’Toole semble hésiter à le faire jusqu’à présent.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

État d’urgence : l’Alberta poursuit Trudeau !

Un tribunal fédéral a accordé à l’Alberta le statut d’intervenant pour soutenir l’Association canadienne des libertés civiles et le Fonds constitutionnel canadien dans leur contestation

La censure de l’internet ne passe pas

Twitter Canada a déclaré au gouvernement canadien que son plan de régulation des ”discours haineux” (lire ici, des discours pas assez woke) était digne de

Bonis à la SAQ, souriez c’est vous qui payez

Alors que les sociétés d’État n’ont aucune compétition, les dirigeants s’octroient des bonis de performance. Lors de l’exercice financier 2020-21, les cadres de la Société

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC