• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le commentaire du jour : le 20 mai 1980, 40 ans déjà et c’est toujours l’impasse

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Il y a 40 ans aujourd’hui,  le premier référendum sur la souveraineté du Québec a eu lieu.  Le camp du OUI voulait négocier avec le fédéral afin d’obtenir plus de pouvoirs pour le Québec et d’être reconnu comme une nation distincte à l’intérieur du Canada.  Lévesque voulait un Québec fort dans un Canada Uni.  Ce dernier était plus nationaliste qu’indépendantiste.  Les Québécois ont voté non à la hauteur de 60%, car il pensait que le premier ministre Trudeau allait tenir sa promesse (du changement pour le Québec).  Mais, ce traître a menti aux Québécois et nous a imposé une constitution que le Québec n’a jamais signée.

Depuis 40 ans, sur le plan constitutionnel, c’est l’impasse.  Il y a eu l’Accord du Lac Meech (saboté par Trudeau), la défaite déchirante du OUI en 1995, la loi sur la clarté référendaire, etc.  Nos lecteurs doivent se demander pourquoi j’aborde ce sujet en pleine crise sanitaire.  Je leur réponds en leur disant que le Québec va devoir un jour ou l’autre signer la Constitution et prendre sa place dans le Canada. 

Une force majorité de Québécois veut un Québec fort dans un Canada Uni.  C’est-à-dire un État québécois national et distinct du ROC.  Afin d’adhérer à la Constitution, le gouvernement fédéral va devoir accorder au Québec les pleins pouvoirs en matière de culture, de communication et d’immigration.  Le Québec doit devenir un État autonome, national et distinct tout en restant dans la Fédération canadienne.  C’est ce que les Québécois veulent.   

Cela sera possible seulement avec le Parti conservateur du Canada au pouvoir à Ottawa. Le PLC a toujours méprisé le Québec et cela va continuer dans le futur. Lors de la prochaine campagne, le chef du Parti Conservateur du Canada devra tendre la main aux Québécois en leur promettant plus d’autonomie (plein pouvoir en culture, communication et immigration).  Je suis certain que François Legault serait ouvert à ce dialogue.  Ensuite, les deux gouvernements pourraient  négocier pour permettre au Québec de revenir dans le Canada dans l’honneur et l’enthousiasme. 

Pour conclure, il y a des personnes qui vont dire que ce n’est pas une priorité.  Je suis d’accord, mais il va falloir un jour régler ce problème.  Le Québec et le Canada ne pourront pas vivre dans cette impasse éternellement.  J’espère qu’un jour, le Québec et le Canada pourront vivre en harmonie et mettre fin à ces chicanes constitutionnelles qui empoissonnent nos relations.    

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Simon Leduc

Comment faire pour relancer le Parti libéral du Québec ?

Le 1er octobre 2018, le vénérable Parti libéral du Québec (PLQ) a subi sa pire dégelée de son histoire. Il a fait élire seulement 31 députés et obtenu 25 % des voix. Il faut souligner que c’est vraiment la majorité historique francophone qui a tourné le dos au PLQ. Comment expliquer cette affligeante défaite après quinze ans au pouvoir ? Allons voir cela de plus près.