• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le gouvernement fédéral est allé trop loin pour arrêter le convoi

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Justin Trudeau au parlement canadien. Capture d'écran chaîne parlementaire
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

OTAWA – L’expression sur le visage de Robert Bernier indiquait clairement qu’il essayait d’éviter de devenir viral sur Twitter.

Le surintendant des Services de police d’Ottawa a dirigé la mission qui a finalement dégagé le convoi de la liberté en février et, mercredi, a été interrogé par l’avocat de la Commission d’urgence de l’ordre public, Frank Au, sur l’impact que la proclamation d’une urgence par le gouvernement a eu sur ses plans.

Bernier a déclaré que l’invocation de la Loi sur les mesures d’urgence le 14 février pour la première fois dans l’histoire du Canada n’a pas eu d’impact significatif sur le processus de planification de l’opération qui a débarrassé les rues des manifestants autour de la colline du Parlement quatre jours plus tard. « Le plan que je développais était basé sur les informations existantes », a-t-il déclaré à la commission. « J’étais convaincu que nous allions avoir tous les renseignements dont nous avions besoin pour agir. »

Était-il utile de se doter des mesures supplémentaires dans la Loi sur les mesures d’urgence?

« Tout ce qui contribue au succès de la mission est un avantage », a répondu Bernier.

L’invocation de l’acte était-elle nécessaire ? Au a persisté.

C’est la question qui a poussé Bernier à s’arrêter et à se demander s’il voulait être la tendance du moment. Parce que c’est vraiment à cela que sert la commission de plusieurs millions de dollars – l’utilisation de la loi par le gouvernement a-t-elle atteint le seuil légal? À savoir, y avait-il une menace à la souveraineté et à la sécurité du Canada qui ne pouvait être traitée en vertu des lois existantes?

Si l’homme chargé de nettoyer le gâchis a déclaré qu’invoquer l’acte n’était pas nécessaire, le commissaire pourrait tout aussi bien commencer à rédiger son rapport maintenant.

Au bout du compte, Bernier a répondu à la question en optant pour une évasion digne de la Chambre des communes. « C’est difficile pour moi de le dire puisque je n’ai pas pu faire l’opération sans elle », a-t-il déclaré.

Pourtant, il ressort clairement de la plupart des témoignages que nous avons entendus jusqu’à présent que, bien qu’utiles, les événements survenus à Ottawa en février ne constituaient pas une urgence nationale nécessitant l’utilisation d’une législation conçue pour faire face aux situations les plus urgentes et les plus critiques.

Nous n’avons entendu pratiquement rien qui renforce la thèse du gouvernement selon laquelle les circonstances ont satisfait à la barre légale et constitutionnelle.

La chose la plus proche du soutien aux actions du gouvernement est venue du chef par intérim de la police d’Ottawa, Steve Bell, qui a déclaré que cela fournissait «une plate-forme très stable» pour l’exécution du plan de la police. Mais même lui a réitéré le point de Bernier – qu’il y avait un plan prêt à l’emploi, indépendamment de la Loi sur les urgences.

« Nous avions un projet. Nous allions exécuter le plan », a déclaré Bell.

La police a déclaré que les nouveaux pouvoirs ont été utiles pour rationaliser la prestation de serment des policiers de tout le pays et obliger certaines entreprises de dépanneuses à retirer les véhicules des rues.

Mais Bernier a déclaré qu’il y avait déjà 34 dépanneuses disponibles avant que la loi ne soit invoquée.

Il appartiendra au gouvernement de convaincre le commissaire Paul Rouleau qu’il y avait un danger clair et présent pour la sécurité nationale.

Les avocats des organisateurs du convoi ont déjà déclaré que ce sera difficile lorsqu’il n’y a aucune preuve que les manifestants se sont livrés à des sabotages ou à des violences graves, ont été manipulés par des agents étrangers ou ont tenté de renverser le gouvernement.

Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a justifié l’utilisation de la loi en disant qu’un petit groupe organisé « conduit par une idéologie » tentait de renverser le gouvernement.

Pourtant, l’enquête jusqu’à présent n’a entendu que le contraire. Surint. Pat Morris, du bureau du renseignement des opérations de la Police provinciale de l’Ontario, a déclaré qu’à aucun moment de la manifestation, il n’avait reçu de renseignements fiables qui l’ont amené à croire qu’il existait un risque pouvant atteindre le niveau d’une menace potentielle pour la sécurité nationale.

Dans les documents soumis à l’enquête, Morris a écrit que l’équipe intégrée de la sécurité nationale (INSET) de la GRC et le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) ont convenu qu’il n’y avait aucun problème de sécurité nationale.

Dans un autre document, la commissaire de la GRC, Brenda Lucki, a déclaré qu’elle ne croyait pas que la police avait utilisé « tous les outils disponibles » pour disperser la manifestation avant l’invocation de l’acte. Dans un e-mail au chef de cabinet de Mendicino juste après minuit le 14 février, Lucki a déclaré que ces autres outils avaient déjà été pris en compte dans un plan pour mettre fin à la manifestation.

Tous ces témoignages suggèrent que le gouvernement est allé trop loin.

Seul un imbécile prédirait ce que le commissaire va conclure, mais je prévois avec confiance qu’il ne sera pas sympathique au gouvernement.

Les libéraux nerveux soulignent déjà des «incohérences matérielles», comme la différence entre le témoignage de Morris et celui du commissaire de la Police provinciale de l’Ontario Thomas Carrique au comité de la sécurité publique de la Chambre des communes en mars, lorsqu’il a déclaré que son unité de renseignement avait identifié le Freedom Convoy comme un « menace pour la sécurité nationale ».

Il y a aussi un sentiment de justification du côté du gouvernement que, bien qu’il y ait peut-être eu des lois dans les livres pour effacer la manifestation, elles n’ont pas été appliquées en raison d’un dysfonctionnement au niveau opérationnel.

Dans cette optique, l’invocation de la loi visait à galvaniser les forces de l’ordre dans l’action.

Lorsque nous entendrons des ministres du gouvernement, ils s’appuieront fortement sur l’article 6 (1) de la Loi sur les mesures d’urgence – cette invocation est justifiée si le gouvernement croit « pour des motifs raisonnables » qu’une urgence de bien-être public existe.

Le gouvernement doit espérer que le commissaire adopte une vision tout aussi souple de ce qui constitue une urgence, car ce qui devient clair, c’est que le convoi de la liberté n’était pas une menace sérieuse à la souveraineté, à la sécurité ou à l’intégrité territoriale du Canada, et il aurait pu être traité efficacement par les lois existantes.

Nous n’en sommes qu’à deux semaines sur six semaines de témoignages – la fin de la première période – mais cela se transforme déjà en un spectacle de gong pour le parti au pouvoir.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jacques Bref

Faut-il privatiser Hydro-Québec ?

La question de la privatisation d’Hydro-Québec se pose plus que jamais. Vu l’incompétence de la société d’État de fournir un service décent à la population,