Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le peuple chinois se lève contre la stratégie zéro-covid !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Les autorités chinoises ont assoupli certaines règles anti-virus mais ont affirmé leur sévère stratégie « zéro COVID » lundi, après que des manifestants ont exigé la démission du président Xi Jinping, dans la plus grande manifestation d’opposition au Parti communiste au pouvoir depuis des décennies.

Le gouvernement n’a fait aucun commentaire sur les manifestations ou les critiques à l’encontre de Xi Jinping, mais la décision d’assouplir au moins certaines des restrictions semble avoir pour but d’apaiser la colère. Néanmoins, les analystes ne s’attendent pas à ce que le gouvernement revienne sur sa stratégie COVID et notent que les autorités ont l’habitude d’étouffer la dissidence.

Le nombre de personnes détenues n’a pas été précisé depuis que les manifestations ont commencé vendredi et se sont étendues à des villes comme Shanghai, le centre financier du pays, et la capitale, Pékin.

Le gouvernement de la ville de Pékin a annoncé lundi qu’il n’installerait plus de barrières pour bloquer l’accès aux complexes d’appartements où se trouvent des infections. Elle n’a fait aucune mention d’un incendie mortel survenu la semaine dernière, qui a déclenché les protestations à la suite de questions visant à déterminer si les pompiers ou les victimes qui tentaient de s’échapper étaient bloqués par des portes verrouillées ou d’autres contrôles antivirus.

« Les passages doivent rester libres pour les transports médicaux, les évacuations d’urgence et les sauvetages », a déclaré un responsable de la ville chargé du contrôle des épidémies, Wang Daguang, selon le journal officiel China News Service.

Par ailleurs, la métropole industrielle et commerciale de Guangzhou, dans le sud du pays, le plus grand foyer de la dernière vague d’infections en Chine, a annoncé que certains résidents ne seraient plus tenus de subir des tests de masse. Elle a invoqué la nécessité de préserver les ressources.

Urumqi, où s’est produit l’incendie meurtrier, et une autre ville de la région du Xinjiang, dans le nord-ouest, ont annoncé que les marchés et autres commerces situés dans les zones jugées à faible risque d’infection rouvriraient cette semaine et que le service public de bus reprendrait.

Le programme « Zéro COVID », qui vise à isoler toute personne infectée, a permis de maintenir le nombre de cas en Chine à un niveau inférieur à celui des États-Unis et d’autres grands pays. Mais elle a confiné des millions de personnes chez elles pendant quatre mois, et certaines se sont plaintes du manque de nourriture et de fournitures médicales fiables.

Le parti au pouvoir a promis le mois dernier de réduire les perturbations en modifiant les règles de quarantaine et autres. Mais l’acceptation du public s’amenuise après qu’un pic d’infections ait incité les villes à renforcer les contrôles.

Lundi, le nombre de nouveaux cas quotidiens a atteint 40 347, dont 36 525 ne présentant aucun symptôme.

Le Quotidien du peuple, le journal du parti au pouvoir, a appelé à la mise en œuvre effective de la stratégie antivirus, indiquant que le gouvernement de Xi n’a pas l’intention de changer de cap.

« Les faits ont pleinement prouvé que chaque version du plan de prévention et de contrôle a résisté à l’épreuve de la pratique », a écrit un commentateur du Quotidien du Peuple.

Les protestations se sont étendues à au moins huit grandes villes. La plupart des manifestants se sont plaints de restrictions excessives, mais certains ont dirigé leur colère contre Xi, le dirigeant le plus puissant de Chine depuis au moins les années 1980. Dans une vidéo vérifiée par l’Associated Press, une foule à Shanghai a scandé samedi « Xi Jinping ! Démissionne ! CCP ! Démissionnez ! »

Quelques heures après que la police a dispersé la manifestation, les gens sont retournés au même endroit dimanche pour une autre manifestation. Des dizaines de personnes ont été arrêtées par la police et emmenées dans des fourgons et des bus de la police, mais le nombre exact n’était pas clair.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jacques Bref

Faut-il privatiser Hydro-Québec ?

La question de la privatisation d’Hydro-Québec se pose plus que jamais. Vu l’incompétence de la société d’État de fournir un service décent à la population,