• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

LEDUC | La pandémie est terminée partout en Amérique du Nord… sauf au Québec, maintenue en vie par les autoritaires

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Après deux ans, la pandémie de COVID-19 tire à sa fin à travers le Canada.  À ce jour, toutes les provinces canadiennes ont levé les mesures sanitaires comme le port du masque.  On constate un retour à la vie normale d’un océan à l’autre, sauf à un endroit.  

En effet, il y a un petit village d’irréductibles Québécois qui résiste toujours à l’envahisseur anti sanitaire canadien anglais.   Il y a deux raisons qui expliquent pourquoi le Québec vit  encore  dans l’état d’urgence sanitaire.   François Legault veut continuer de gouverner par décret le plus longtemps possible.  Il ne veut pas effrayer sa base électorale de baby boomers  qui est affolée par la maladie d’origine chinoise.  

Depuis mars 2020, le premier ministre du Québec, le narcissique  François 1er, dirige la Belle province d’une main de fer. Depuis ce temps, l’état d’urgence sanitaire est renouvelé par décret tous les dix jours.

Cela permet au chef de la CAQ de gouverner à sa guise sans se soucier de l’opposition.  Ce dernier a pu  imposer des mesures sanitaires liberticides et discriminatoires comme le confinement, le couvre-feu et le passeport sanitaire.

Ce gouvernement a brimé les libertés du peuple québécois.  Également, le premier ministre a autorisé  d’obtention de nombreux contrats sans appels d’offres.   On peut déduire que l’éthique et la transparence ne sont pas des valeurs caquistes.

Malgré la fin de la pandémie, l’arrogant chef de gouvernement refuse toujours de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire.  Cet homme est assoiffé de pouvoir et il va le garder le plus longtemps possible.  

À cause de sa gestion ultra sécuritaire de la pandémie, la CAQ est devenue le parti des Baby boomers.  Il a mis en place une politique sanitaire extrême et dogmatique pour rassurer cette génération  qui a peur de ce virus.

Selon un sondage Mainstreet Research, la CAQ obtient 45% d’appuis chez les 50 ans et plus.  C’est sa précieuse base électorale et il ne veut pas la perdre.  Donc, le port du masque est encore obligatoire dans les lieux publics, car M. Legault ne veut pas affoler ses sympathisants.  

Pour conclure, le scrutin du 3 octobre prochain est le plus important de l’histoire du Québec. Il y aura probablement une autre vague de COVID-19 l’automne prochain. Si François Legault obtient une autre majorité parlementaire, il va reconfiner le Québec l’hiver prochain.

Nos libertés seront encore brimées par cet homme.  En conséquence, si vous ne voulez pas rejouer dans le film d’horreur de la CAQ, il faut aller voter en grand nombre.  Cette fois-ci, il y a une alternative crédible et forte à la CAQ, le Parti conservateur du Québec.  Éric Duhaime est le seul chef de parti qui respecte les principes sacrés de la responsabilité et de la liberté individuelle.  Le Québec ne peut pas se permettre un autre gouvernement majoritaire caquiste.  Alors, la participation électorale des défenseurs de la liberté sera cruciale.  Il faut  absolument sanctionner ce gouvernement qui a divisé le peuple québécois au lieu de le rassembler.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Simon Leduc

Pierre Hugues Boisvenu appuie Jean Charest

Jean Charest peut compter sur plusieurs appuis importants auprès des conservateurs québécois, dont le sénateur Pierre Hugues Boisvenu. Le sénateur appuie l’ancien chef conservateur pour

Entrevue avec Adrien Pouliot

Il y a un an, Éric Duhaime était couronné chef du Parti conservateur du Québec. Sous sa gouverne, le PCQ est devenu une force politique

Je soutiens Jean Charest

La course à la chefferie du Parti conservateur du Canada sera passionnante, car elle oppose deux bons candidats, Pierre Poilievre et Jean Charest. Le premier