• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les matériaux utilisés pour les énergies renouvelables sont issus en partie du travail d’enfants esclaves

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Par Cosmin Dzsurdzsa

Des matériaux récoltés par le travail des enfants contribuent à la production de technologies d’énergie renouvelable au Canada, selon un témoignage au Sénat.

Comme le rapporte Blacklock’s Reporter, les déclarations faites devant le comité sénatorial des droits de l’homme ont révélé que le travail forcé des enfants contribue parfois aux chaînes d’approvisionnement des batteries électriques et des éoliennes.

“Examinez des questions comme l’esclavage moderne et l’environnement non seulement d’un point de vue national, mais aussi d’un point de vue international. En s’attaquant réellement à ce problème à l’échelle mondiale, nous pouvons aider les populations indigènes et nous pouvons aider les femmes et les filles”, a déclaré Chris Crewther, directeur du Fonds mondial pour mettre fin à l’esclavage moderne.

M. Crewther a désigné la République démocratique du Congo et l’Équateur comme coupables de violations des droits de l’homme liées à la récolte de matériaux d’énergie renouvelable.

“Si vous regardez les questions de chaîne d’approvisionnement en énergie renouvelable ou propre, vous avez des situations comme en République démocratique du Congo où plus de 35 000 enfants travaillent dans l’extraction du cobalt qui est utilisé dans les batteries lithium-ion des voitures électriques”, a déclaré Crewther au Sénat.

“Un autre exemple sur le thème de l’environnement est le bois de balsa en Équateur qui est exploité illégalement et qui a un impact sur les populations indigènes. Ce bois de balsa est utilisé pour les éoliennes.”

Selon des témoignages antérieurs à la Chambre des communes, 41% du polysilicium des panneaux solaires provenait de la région du Xinjiang en Chine, où des millions de minorités ethniques et de musulmans ouïghours sont détenus dans des camps de travail forcé et de rééducation.

Crewther a témoigné devant le Sénat sur le projet de loi S-211, également connu sous le nom de An Act To Amend The Customs Tariff.

Le projet de loi exigera que les grandes sociétés cotées en bourse fassent un rapport annuel sur ce qu’elles ont fait “pour prévenir et réduire le risque que le travail forcé ou le travail des enfants soit utilisé à n’importe quelle étape de la production de biens”.

Selon la directrice des politiques du Réseau canadien sur la reddition de comptes des entreprises, Emily Dwyer, la loi ne va pas assez loin pour empêcher l’utilisation de matériaux produits par le travail forcé dans la chaîne d’approvisionnement du Canada.

“Aucune obligation n’est faite aux entreprises de prendre des mesures, ce qui signifie qu’une entreprise pourrait se conformer à la loi en se contentant de déclarer chaque année : Il n’y a aucune obligation pour les entreprises de prendre des mesures, ce qui signifie qu’une entreprise pourrait se conformer à la loi en déclarant simplement chaque année : “Je n’ai pris aucune mesure pour prévenir l’esclavage moderne, je ne suis pas conscient des risques d’esclavage moderne dans ma chaîne d’approvisionnement”, et elle se conformerait à la loi”, a déclaré Dwyer.

Pour en lire davantage:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

État d’urgence : l’Alberta poursuit Trudeau !

Un tribunal fédéral a accordé à l’Alberta le statut d’intervenant pour soutenir l’Association canadienne des libertés civiles et le Fonds constitutionnel canadien dans leur contestation

La censure de l’internet ne passe pas

Twitter Canada a déclaré au gouvernement canadien que son plan de régulation des ”discours haineux” (lire ici, des discours pas assez woke) était digne de

Bonis à la SAQ, souriez c’est vous qui payez

Alors que les sociétés d’État n’ont aucune compétition, les dirigeants s’octroient des bonis de performance. Lors de l’exercice financier 2020-21, les cadres de la Société

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse TNC