• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les mesures draconiennes du COVID étaient une erreur, ne les répétons pas

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Il y a près de deux ans, les mesures communautaires, y compris les confinements pour supprimer la transmission du COVID, ont bénéficié d’un large soutien, avec un mouvement (“COVID Zero”) qui a promu des mesures plus draconiennes, dans l’espoir d’éliminer complètement le COVID. Les écoles, les établissements d’enseignement supérieur et les entreprises ont été fermées. Même les terrains de jeux et les toilettes extérieures ont été fermés, et les jeunes profitant simplement des fêtes d’été en plein air ont été vilipendés. La plupart de ces mesures étaient inefficaces, beaucoup étaient nuisibles. A-t-on appris quelque chose de ces erreurs ou se répéteront-elles la prochaine fois que le nombre de cas augmentera ? Nous avons quelques idées pour l’avenir.

Il est temps d’accepter que le COVID-19 ne peut pas être arrêté et continuera d’évoluer. Une confiance totale a d’abord été placée dans le vaccin, puis dans les rappels comme « notre moyen de sortir de la pandémie ». Cependant, les vaccins n’arrêtent pas les infections de transmission autant qu’espéré à l’origine – pas plus que les rappels. Le mouvement COVID Zero est mort et de nombreux premiers partisans se sont rétractés. Il est impossible d’arrêter un virus qui se propage avant l’apparition des symptômes, et avec des événements de super-propagation qui peuvent infecter la plupart des personnes dans une pièce.

L’autre défi est que le COVID se réinvente rapidement. Au fur et à mesure qu’une souche se transmet à travers la communauté, l’immunité de la population émerge et la souche suivante est sélectionnée pour se maintenir – c’est l’évolution virale. C’est comme l’iPhone : lorsque le marché est saturé de la dernière version, une nouvelle est lancée pour combler le vide. À l’heure actuelle, la variante la plus longue est Omicron, avec ses parents (BA.4/5) maintenant en circulation. Personne ne sait combien de temps durera l’exécution d’Omicron : d’autres variantes d’Omicron, ou une toute nouvelle variante, pourraient bientôt prendre le relais. Combien de temps avant que le nouveau vaccin bivalent, ciblant les souches COVID et Omicron d’origine, ne soit également périmé ?

Les doses de vaccin supplémentaires doivent être adaptées aux circonstances particulières de la personne, et non comme une solution « taille unique ». Une chose est restée constante depuis le début de la pandémie : les jeunes et en bonne santé de moins de 50 ans ont rarement des conséquences graves du COVID-19, de sorte que les conseils sur la vaccination doivent être adaptés à l’âge, à l’immunité et aux facteurs de risque. Bien qu’un très petit nombre de personnes restent vulnérables, soit une infection antérieure, soit des vaccins reçus il y a plusieurs mois, empêchent toujours des conséquences graves pour presque tout le monde – c’est ce qui compte le plus pour protéger le système de santé. Même nos personnes âgées à haut risque voient une maladie moins grave que celle que nous voyons avec d’autres virus courants, y compris d’autres coronavirus. Le taux de mortalité des personnes vivant dans des foyers de soins pour personnes âgées était de 8% avec d’autres coronavirus (non COVID), similaire à ce que nous voyons avec COVID maintenant.

De même, il est insensé de croire qu’une plus grande vaccination (les taux chez les adultes au Canada sont de 91 % pour deux doses) ou que plus de doses de rappel du dernier vaccin bivalent arrêteront la transmission ou l’émergence de nouvelles variantes. Cela s’explique par le fait que la protection vaccinale contre l’infection diminue (diminue) quelques mois après l’administration d’une dose. Considérez les dernières directives du CCNI concernant les rappels nécessaires tous les trois ou six mois : il est peu probable que cette dose fréquente réduise davantage les hospitalisations et sera très difficile à réaliser – les taux de couverture des troisième et quatrième doses pour les moins de 40 ans sont bien inférieurs à 50 %. et cinq pour cent respectivement. Comme indiqué dans un récent article du New England Journal of Medicine, il est également impossible de donner des rappels plus d’une fois par an. Bien qu’il soit tentant de blâmer les nouvelles variantes sur la faible couverture vaccinale, ce lien de causalité est loin d’être clair. La dynamique évolutive, en particulier avec les coronavirus à mutation rapide, rend inévitable l’émergence de nouvelles variantes, quels que soient les taux de vaccination.

Il y a un problème plus important ici : en 2020, le COVID a eu un impact plus important sur le système de santé que les autres virus respiratoires. D’ici 2022, avec une immunité naturelle importante de la population, une immunité vaccinale ou les deux, ce n’est plus le cas. Notre système de santé est actuellement mis à rude épreuve pour diverses raisons sans rapport avec la COVID.

Tester et isoler tout le monde n’est ni durable ni nécessaire. Le brouhaha sur les dernières directives de l’Ontario de ne plus exiger cinq jours d’isolement pour ceux dont le test est positif est injustifié. Avec Omicron, près de 60 % des personnes infectées ne présentent aucun symptôme et toutes les personnes présentant des symptômes ne sont pas testées. Les tests, en particulier les tests PCR, continuent de détecter des segments de virus pendant des semaines après la mort du virus. Garder les gens à la maison après la disparition de leurs symptômes, ou même lorsqu’ils n’ont pas de symptômes, n’arrêtera pas la circulation continue du virus, ni ne protégera les gens de la majorité des cas insoupçonnés. Tester moins ne cache pas le problème : on peut toujours estimer le COVID-19 en testant les eaux usées et celles qui présentent des symptômes. C’est similaire aux sondages politiques – nous n’appelons pas tout le monde, mais nous avons toujours une bonne idée de la popularité du parti.

En général, les tests doivent être limités aux personnes susceptibles de bénéficier de traitements médicamenteux ou, en cas de confusion sur la cause de la maladie, pour permettre des soins plus ciblés.

Les passeports de vaccination restants, comme pour fréquenter l’université et visiter les hôpitaux, ainsi que les politiques en milieu de travail doivent être retirés. Même avant l’introduction des mandats de vaccination et des passeports, les taux de vaccination dépassaient largement les 80 %. Bien sûr, il y avait ceux qui, pour une raison quelconque, ont choisi de ne pas se faire vacciner. Les passeports enfreignaient le principe du consentement éclairé, dont le principe le plus fondamental est l’absence de coercition, mais n’ont pas fait grand-chose pour augmenter considérablement la vaccination. Ils ont également fait peu ou rien pour arrêter la transmission, polarisé notre société et puni de nombreuses personnes à faible revenu face à des emplois, dont beaucoup ont été infectées avant tout le monde. Les agents de santé qui ont refusé la vaccination ont été perdus.

Ces gens sont plus que jamais nécessaires, quelle que soit la décision qu’ils ont prise. Bien que la plupart des mandats gouvernementaux en matière de vaccins aient disparu, des mécanismes de test lourds et appliqués de manière incohérente aux frontières du Canada n’ont rien fait pour réduire l’importation ou la transmission de la COVID. À l’ère actuelle, il n’y a plus de justification pour « altérer » les non-vaccinés ni la nécessité de tester les non-vaccinés plus que les vaccinés. Certaines personnes ayant un accès limité à la vaccination dans les pays en développement qui souhaitent venir travailler au Canada sont toujours soumises à une quarantaine et à des tests inutiles. ArriveCAN est un embarras international, et le Canada peut faire mieux.

En résumé, des erreurs ont été commises dans le « brouillard pandémique de la guerre ». Il y a maintenant une chance de les corriger et de changer notre cap pour le mieux.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Le nouveau Panier Bleu est en ligne

La nouvelle version du Panier Bleu, devenu une entreprise privée l’été dernier, sera en ligne à compter de 13 h aujourd’hui.   «On a des petits,

Bienvenue au Caquistan !

Mea culpa, je me suis un peu trompé dans mes prédictions. Je disais CAQ 97 et finalement ce n’était ”que” 90. J’ai sous-estimé le PQ

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jacques Bref

Le nouveau Panier Bleu est en ligne

La nouvelle version du Panier Bleu, devenu une entreprise privée l’été dernier, sera en ligne à compter de 13 h aujourd’hui.   «On a des petits,

Bienvenue au Caquistan !

Mea culpa, je me suis un peu trompé dans mes prédictions. Je disais CAQ 97 et finalement ce n’était ”que” 90. J’ai sous-estimé le PQ