• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Monsieur Legault, on a besoin d’une bonne dose de vérité !

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Il est démontré que le masque non chirurgical n’est pas efficace contre les virus, donc pourquoi l’ordonner maintenant alors que toute menace virale est disparue ?
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Comme je suis un homme simple qui cherche à comprendre, j’ai quelques questions :

Il est démontré que le masque non chirurgical n’est pas efficace contre les virus, donc pourquoi l’ordonner maintenant alors que toute menace virale est disparue ?

Et pire un couvre-visage (introuvable dans le dictionnaire), est-il supposé protéger contre le virus ? Réponse : « Définitivement pas »

« Il manque de données scientifiques fiables pour juger de l’efficacité du couvre-visage (sic) dans la population générale » Source INSPQ, 21/09/2020

Ça c’est en langue gouvernementale. En français cela veut dire : » La guenille que vous vous mettez dans la face ne vous protège en rien » !

Devons-nous alors considérer ce couvre-visage comme seulement symbolique ? Ou politique ?

Symbole de quoi ? Faire plaisir à monsieur Legault ?

Soumission ? Dissimuler une personnalité ? Uniformiser les comportements (tels des zombies) ?

Définition de zombie : Un zombie est une personne ayant perdu toute forme de conscience et d’humanité, au comportement « violent » envers les êtres humains et dont le mal est terriblement contagieux. 

Comportement violent tel : hurlement contre une personne sans masque ? Délation de citoyens ?

Politique ? Maintenir la population dans la peur et l’anxiété aux fins de Pouvoir et de Contrôle ?

*****************

Il est reconnu que les enfants ne sont pas vecteurs de grippes, même Arruda l’a dit, alors pourquoi les terroriser ainsi en leur imposant autant de comportements anxiogènes ?

****************

La Loi de la Santé publique, entrée en vigueur le 19 avril 2002. Et qui était le ministre de la Santé à ce moment ? Tiens, tiens François Legault…

Est-ce vrai qu’elle donne de grands pouvoirs ? Oui, mais… et le « mais » est important ici.

Le Règlement sanitaire international prévoit que toute action entreprise face à une menace sanitaire internationale doit être proportionnelle et limitée aux risques que cette menace présente pour la santé publique, et doit éviter de créer des obstacles inutiles au trafic et au commerce internationaux.

Sur cette base, les tribunaux québécois peuvent limiter l’application des pouvoirs d’urgence des gouvernements en interprétant la portée de ces pouvoirs à la lumière des obligations internationales du Canada.

Bien que le gouvernement ait la latitude de prendre les ordonnances qu’il juge nécessaires pour faire face à la crise, ces ordonnances doivent être proportionnelles et limitées aux risques que la menace présente pour la santé publique. (1)

Proportionnelles aux risques ?? Y aurait-il matière à poursuites contre ce gouvernement ?

*****************

A-t-on toujours des chiffres de pandémie ?

Définition de pandémie : Épidémie qui atteint un grand nombre de personnes, dans une zone géographique très étendue. Même si la quantité n’est pas définie, il est généralement reconnu qu’entre 20 et 50 % de la population est touchée.

Grand nombre de personnes ? Hum ? Mortalités Covid depuis 1 mois : 46 (INSPQ) soit 0,000 5 % de la population du Québec. Et peut-être avec comorbidités en plus ?

Pandémie ? Pouvez-vous expliquer monsieur Legault ?

Depuis les dix dernières années au Québec il y a en moyenne 187 (INSPQ) décès par jour.

Pourquoi monsieur Legault vous vous entêtez ainsi, à terroriser la population avec cette fausse pandémie ?

********************

On parle maintenant de cas (positifs ou négatifs), mais qu’est-ce qu’un cas en science ?

Ici la terminologie est extrêmement importante. Un cas est présent lorsque les symptômes sont évidents, au point de nécessiter une hospitalisation. En épidémiologie c’est un « CFR » (case fatality rate or risk) ; la source de contagion doit être évidente et le risque de mort existe. Si le taux de mortalité excède 35 % des diagnostiques, le calcul CFR entre en jeu, et ceux qui sont malades et ne décèdent pas sont alors comptés comme des « cas » (2)

Maintenant on enfonce un écouvillon (Q-tip) dans les fosses nasales et on y prélève des bribes de particules de coronavirus ou de norovirus, et on déclare un cas. Rien n’est plus faux.

En l’absence de symptômes, de contagion (pas d’autres positifs dans l’entourage immédiat) et d’une hospitalisation, ce n’est pas un cas, c’est un test positif ou négatif. (2)

Mais alors un test positif ? Il indique que des bribes de coronavirus ou norovirus, provenant des autres grippes précédentes, sont présentes dans les fosses nasales comme à chaque année depuis la nuit des temps. Et les anticorps ayant fait leur travail la personne est en santé car non malade, sans symptômes ou avec symptômes très légers. (2)

Souvenez-vous du fameux facteur « R » d’Arruda ; il n’en parle plus car ce facteur maintenant « hurle » contre les assertions Legault.

Pourquoi alors le gouvernement Legault persiste t’il dans l’hystérie des cas ?

Rapports des chiffres du gouvernement du Canada, au 20 sept. 2020

ProvinceTests positifsNouveaux décèsNombre tests% prorata pop.
Ontario365138 8150,009 %
Québec462517 5740,03 %

Bizarre, pour la moitié des tests effectués, le Québec a 21 % plus de positifs. Il semble bien que le macaroni aux chiffres se brasse toujours au Québec. Erreurs dans les chiffres ? Pourtant ils sont déclarés officiels.

« Alors comme le virus mute de façon à modifier son enveloppe, il est probable que le système immunitaire l’oubliera, même phénomène qu’avec la grippe saisonnière à chaque année. Alors il est tout à fait probable qu’un vaccin sera tout aussi inefficace, pour les mêmes raisons ». (3)

Les coronavirus et norovirus n’ont jamais fait de deuxième vague tout simplement par mutation et modification moléculaire. Ce qu’on identifie généralement à tort, à une deuxième vague est la régulière saison de grippe qui suit.

Beaucoup de panique est encore causée, mais nous devrions voir le bon côté des choses ; les maladies cardiaques et le cancer ont disparus.

Non ce n’est pas drôle, et d’autant plus triste est l’abandon ou le report de traitements des patients ainsi atteints.

Politique ?

Répondez à toutes ces questions monsieur Legault. Les citoyens méritent la vérité !

Références :

  1. Extrait d’un avis juridique, McCarthy, Tetrault, https://www.mccarthy.ca/fr/references/articles/covid-19-peuvent-ils-faire-cela-partie-vii-la-loi-sur-la-sante-publique-et-la-loi-sur-la-securite-civile-du-quebec
  2. Dr. Malcolm Kendrick, Covid — Why terminology really, really matters, Sept. 4/2020
  3. Dr. Colin Furness, epidemiologist, U of Toronto, 28/07/2020
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de André Forgues

Portez vos masques sans rouspéter, comme des zombies !

Je ne suis pas le plus fort en français, mais je veux dire ce que je pense. Sur les masques, notamment. Comme on semble vivre une période bizarre et difficile, il y a certaines choses que je voudrais comprendre. Pourquoi la majorité des gens sont-ils encore muets comme des zombies ?

« Écoutes les nouvelles ! »

Lorsque je sors publiquement pour dénoncer toute cette aberration de crise fabriquée du Covid-19, et l’hystérie collective qui s’ensuit, alors que j’expose des faits, des arguments scientifiques et/ou techniques, ou des résultats de recherches publiées, il arrive que je reçoive un commentaire tel : — « tu comprend rien tu invante tu es complotisss, et écoute les nouvelles ».

Les grands absents de la « crise » liée à la « pandémie » de Covid-19

Cependant on doit faire constat, aujourd’hui et avec une certaine stupéfaction, que des ressources humaines tellement valables et surtout nécessaires au bon fonctionnement de la société, font cruellement défaut de leurs présences. Comme si leur absentéisme ou invisibilité est devenu « la nouvelle norme sociale ». (terme à la mode)