Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Trudeau a traité les participants du convoi de la liberté d’imbéciles

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

OTTAWA – Le premier ministre Justin Trudeau s’est dit frustré par les manifestations du Freedom Convoy à Windsor et à Ottawa lors d’un appel avec le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, pendant la manifestation de l’hiver dernier. Il a déclaré que la police devait » faire son travail » et qu’elle ne devrait pas avoir besoin de plus d’outils juridiques pour faire dégager les manifestants.

Le compte rendu d’un appel téléphonique du 9 février entre Trudeau et Ford, au plus fort des manifestations du Convoi de la liberté, donne un aperçu exceptionnel des discussions en coulisses – et des frustrations – entre les gouvernements fédéral et provincial à l’époque.

Le compte rendu a été déposé à la Commission d’urgence de l’ordre public (POEC) mardi.

Au début de l’appel, Ford accuse le Service de police d’Ottawa et le maire de l’époque, Jim Watson, d’avoir « totalement mal géré » la réponse au convoi de camionneurs qui a déferlé sur la colline du Parlement le 28 janvier. Il a également dit plus tard à M. Trudeau que des officiers supérieurs de la police avaient confié que le chef de police d’Ottawa de l’époque, Peter Sloly, avait » perdu le contrôle » et que les officiers étaient en congé de maladie » quotidiennement « .

Trudeau a répondu que la province ne devrait pas avoir besoin de plus d’outils juridiques pour faire face aux protestations et a pressé la police de « faire son travail ».


Il a semblé qualifier les manifestants du pont Ambassador de » gens pas très intelligents » qui » barricadaient » l’économie de la province et » nuisaient à la vie des gens » à un moment où le Canada tentait d’attirer des investissements étrangers, notamment en provenance des États-Unis.

Ford a répondu qu’il était « aussi frustré » que le premier ministre et que s’il pouvait diriger la police, il le ferait. Il a également dit à M. Trudeau qu’il ne pouvait pas diriger la Police provinciale de l’Ontario.

« Je ne peux pas les appeler et leur dire d’aller botter des culs là-bas. C’est à la Police provinciale de l’Ontario de s’en charger », aurait dit Ford. Il a plus tard promis d’être dans le cul de la police « avec une brosse métallique ».

Ford a également dit à Trudeau que les entreprises de remorquage ne voulaient pas aider à retirer les véhicules du pont.

Cela a provoqué une réponse apparemment furieuse de Trudeau, qui a accusé les entreprises de remorquage de « ne pas faire leur travail » et de ne pas remplir leurs fonctions, notamment à Ottawa et à Windsor. Il a également déclaré que la province pourrait devoir accepter les services de dépanneuses des États-Unis.

« Il faut qu’il y ait des comptes à rendre après coup. Si vous avez besoin de dépanneuses, nous demanderons aux États-Unis de vous aider, et ce sera embarrassant pour nous, mais si les États-Unis proposent quelque chose, nous devons accepter », aurait-il déclaré.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jacques Bref

Faut-il privatiser Hydro-Québec ?

La question de la privatisation d’Hydro-Québec se pose plus que jamais. Vu l’incompétence de la société d’État de fournir un service décent à la population,