Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on reddit
Share on linkedin
  • partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Une députée libérale membre du comité chargé d’étudier le projet de loi C-18 s’excuse d’avoir dit que les médias en ligne ne sont pas des « nouvelles »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Les députés ont rejeté une modification du projet de loi sur l’information en ligne du gouvernement libéral proposée par un groupe d’éditeurs en ligne indépendants, un jour après qu’un député libéral membre du comité se soit excusé d’avoir dit que les médias numériques ne produisaient pas d’informations.

Le comité du patrimoine de la Chambre des communes est en train de modifier le projet de loi C-18, qui obligerait Meta, la société mère de Google et de Facebook, à partager ses revenus avec les éditeurs de presse canadiens, revenus qui pourraient financer environ 30 % du coût de production des nouvelles au Canada.

Lors d’une réunion de la commission mardi, Lisa Hepfner a déclaré que « nous voyons que des centaines d’organes de presse ont fermé depuis 2008 dans ce pays, et nous verrons l’argument selon lequel quelques centaines d’autres organisations de presse en ligne ont vu le jour pendant ce temps, ce que nous ne voyons pas, c’est qu’elles ne sont pas des informations ».

« Ils ne rassemblent pas d’informations. Ils ne publient que des opinions. »

Cette déclaration a suscité la colère de certains organes de presse en ligne. Jesse Brown, éditeur et rédacteur en chef de Canadaland, l’a qualifiée de « répugnante et manifestement fausse » dans un message sur Twitter.

M. Brown a également contesté la déclaration de Mme Hepfner selon laquelle les organisations journalistiques « doivent se présenter devant le CRTC si elles ne respectent pas toutes les normes journalistiques appropriées », soulignant que le CRTC ne « réglemente pas les normes journalistiques des journaux » et ajoutant « qu’il ne devrait pas le faire ».

Jeudi, Hepfner a fait marche arrière. « À une époque où la désinformation est si répandue en ligne, il est important d’identifier les sources d’information fiables par rapport aux fake news », a-t-elle déclaré dans un tweet. « Je présente mes excuses aux organes d’information numériques dont les journalistes produisent constamment un travail important, dont la création nécessite des ressources considérables. »

Les petites et jeunes entreprises de presse, y compris la coalition des 100 entreprises de presse numérique, ont dit craindre d’être exclues du projet de loi. Dans un mémoire présenté au comité, l’Independent Online News Publishers of Canada a prévenu que le projet de loi « pourrait exclure des dizaines d’innovateurs importants dans le domaine de l’information en exigeant des effectifs que les jeunes entreprises de presse n’atteignent souvent pas avant leur troisième ou quatrième année d’activité ».

Les médias ont rapportés plus tôt ce mois-ci que le gouvernement envisageait d’assouplir les critères du projet de loi pour permettre à un plus grand nombre de médias d’être admissibles. Patrimoine canadien a demandé aux parties intéressées si elles voulaient abaisser le seuil de deux journalistes à un seul, ou conserver le seuil de deux journalistes « mais permettre aux journalistes d’avoir un lien de dépendance avec le média ».

Cet amendement n’a pas encore été proposé au comité du patrimoine, qui examine les changements possibles à la législation article par article.

Lors d’une réunion vendredi après-midi, les membres libéraux et bloquistes du comité ont rejeté un autre changement suggéré par la coalition, proposé par le député néo-démocrate Peter Julian et soutenu par les conservateurs.

En vertu du projet de loi C-18, Google, Meta et d’autres grandes entreprises technologiques admissibles peuvent être exemptées de la réglementation si elles concluent des ententes commerciales avec des éditeurs. L’amendement de Julian aurait exigé que les géants du numérique concluent des accords avec tous les points de vente admissibles avant que les plateformes puissent bénéficier de cette exemption.

« Le témoignage des éditeurs indépendants de nouvelles en ligne du Canada a été très clair à cet égard, à savoir que les critères actuels pour les exemptions sont trop vagues et laissent vraiment la porte ouverte aux grandes entreprises technologiques pour faire pression en faveur d’une exemption alors qu’elles n’ont pas terminé les négociations », a déclaré M. Julian.

Le député libéral Anthony Housefather a soutenu que l’amendement pourrait finir par « miner le régime ». Il a déclaré que les géants de la technologie « chercheront tous les moyens d’éviter les exigences », et a déclaré qu’un seul point de vente agissant de mauvaise foi pourrait nuire à la capacité de tous les points de vente à conclure des accords.

M. Julian a répondu qu’il n’adhérait pas à l’argument et que ce n’était pas « le bilan du modèle australien », sur lequel le projet de loi C-18 est fondé.

« L’idée que les grandes technologies ont intérêt à négocier avec toutes les entreprises de presse éligibles, je pense que c’est une bonne idée. »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jacques Bref

Faut-il privatiser Hydro-Québec ?

La question de la privatisation d’Hydro-Québec se pose plus que jamais. Vu l’incompétence de la société d’État de fournir un service décent à la population,