• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Adam Zivo: le traitement libéral du personnel de l’ambassade ukrainienne est insensible ou incompétent

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

LVIV, Ukraine — Début mai, le premier ministre Justin Trudeau a effectué une visite surprise à Kyiv pour annoncer que le Canada rouvrirait son ambassade dans la ville. Cependant, il a été récemment révélé que l’ambassade restait fermée et, pire encore, que le gouvernement fédéral avait impitoyablement abandonné les employés de l’ambassade ukrainienne avant l’invasion de la Russie, les exposant à un risque de torture et de mort.

Encore une fois, les gestes théâtraux de bonne volonté et de gouvernance morale de Trudeau, que j’ai loués avec optimisme à l’époque, n’étaient rien de plus que du cynisme et un besoin vorace de séances de photos.

Le moment de la visite du Premier ministre a d’abord apaisé les craintes que la ville soit lourdement bombardée par les Russes, car le chef d’un gouvernement occidental agissait comme un bouclier. Avant la visite de Trudeau, il a été largement supposé que le président russe Vladimir Poutine intensifierait la guerre en prévision du Jour de la Victoire, une célébration annuelle du triomphe de l’Union soviétique sur l’Allemagne nazie, qui aurait lieu le lendemain.

Trois mois après la séance photo de Trudeau, l’ambassade de Kyiv reste fermée. L’ambassadrice du Canada en Ukraine, Larisa Galadza, est retournée à Kyiv mais travaille hors site en raison de problèmes de sécurité non précisés. Interrogé par La Presse canadienne, le gouvernement fédéral n’a pas fourni de détails concernant son travail ou l’ambassade.

À partir de maintenant, les Canadiens cherchant de l’aide à Kyiv peuvent s’attendre à trouver un immeuble fermé et, insultant, un avis les dirigeant vers une adresse électronique.

Les “problèmes de sécurité” qui soi-disant maintiennent Galadza hors de son bureau sont absurdes. Ce que beaucoup en dehors de l’Ukraine ne savent pas, c’est que le danger dans le pays diffère considérablement d’une région à l’autre. De nombreuses régions de l’est de l’Ukraine sont un enfer sur terre, mais Kyiv, étant dans le centre de l’Ukraine, est beaucoup plus sûre, malgré les missiles occasionnels. La situation est comparable à la vie en Israël et est le produit de la défense victorieuse de la capitale par l’Ukraine au printemps dernier.

Par exemple, un groupe de bénévoles dont j’ai parlé en avril a récemment organisé une fête de quartier caritative pour collecter des fonds, où les habitants ont dansé, joué au tennis et exposé des œuvres d’art pour collecter des fonds pour leurs frères assiégés dans l’est. Kyiv grouille de vie et pourtant le gouvernement fédéral prétend le contraire pour pouvoir masquer notre ambassade fermée.

La plupart de nos alliés, dont les États-Unis, ont déjà rouvert leurs ambassades. Pourquoi notre gouvernement ne peut-il pas faire même le strict minimum ?

Pire que cela, cependant, est la récente révélation que le gouvernement fédéral a abandonné les employés de son ambassade ukrainienne au début de l’invasion de Poutine, alors qu’il savait que ces travailleurs seraient probablement pourchassés et, s’ils étaient pris, risquaient la torture ou la mort.

Cette information a été divulguée au Globe and Mail par des diplomates canadiens, à qui on a dit en janvier que Poutine ne bluffait pas sur l’invasion de l’Ukraine et que leurs collègues ukrainiens, qui étaient environ 50, seraient probablement poursuivis par les forces russes. Le gouvernement fédéral a donné des instructions explicites pour ne pas informer les collègues ukrainiens à ce sujet, selon les reportages du Globe. En revanche, l’ambassade des États-Unis a informé au moins une partie de son personnel local et les a aidés à quitter le pays.

Étonnamment, les employés ukrainiens ont dû regarder les diplomates canadiens organiser l’évacuation de leurs animaux de compagnie tandis que les habitants étaient laissés pour compte. L’incapacité du gouvernement Trudeau à fournir de l’aide signifiait que le personnel de l’ambassade du Canada devait mener ses propres efforts personnels de collecte de fonds pour aider. Ils ont recueilli 90 000 $, ce qui, bien que louable, n’est qu’une fraction de l’aide qui aurait pu être fournie par le gouvernement.

Le fait que cette trahison n’ait pas entraîné de morts est uniquement dû à l’expulsion inattendue par l’Ukraine des forces russes de la région de Kyiv.

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, affirme maintenant qu’elle et son ministère n’étaient pas au courant des rapports de renseignement, qui auraient été fournis par les alliés du Canada des semaines avant l’invasion, qui indiquaient que des membres du personnel ukrainiens seraient ciblés.

Soit Joly ment, soit elle et son département sont incroyablement incompétents. Non seulement son affirmation contredit ce qui a été divulgué aux médias canadiens par les sources diplomatiques susmentionnées, mais elle est également totalement invraisemblable.

L’existence de ces listes de victimes a été largement rapportée dans les principaux médias le 20 février, quelques jours avant l’invasion de la Russie, après que les États-Unis ont envoyé une lettre aux Nations Unies concernant “des listes d’Ukrainiens identifiés à tuer ou à envoyer dans des camps”. Joly veut que les Canadiens croient que les États-Unis n’ont pas informé le Canada, un allié proche, des listes de victimes avant d’écrire une lettre publique à l’ONU – ou, alternativement, qu’elle, la ministre des Affaires étrangères du Canada, n’était pas au courant d’une histoire qui était éclaboussé partout dans les médias du monde.

En avril, j’ai rencontré plusieurs militants LGBTQ ukrainiens de premier plan qui ont également souvent fait référence à ces listes de meurtres. Ils les connaissaient depuis longtemps car les listes étaient largement diffusées dans les cercles russes des médias sociaux. Si ce que dit Joly est vrai, alors elle devrait être licenciée pour ne pas avoir été au courant des violations des droits de l’homme alors probables et dont apparemment tout le monde était au courant.

Imaginons que Joly et son département n’aient pris connaissance des kill lists que le 20 février, comme le grand public. Dans les derniers jours avant une invasion qu’elle savait imminente, la ministre n’a-t-elle pas estimé que l’existence de ces listes justifiait une réponse ? Peut-être ne devrions-nous pas être surpris, considérant que, lors de la chute de l’Afghanistan l’an dernier, le Canada a abandonné ses interprètes afghans avec une insensibilité similaire, mais ce n’est pas moins épouvantable.

Source : National Post

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

TRUMP : La justice américaine sous pression

Le ministère américain de la Justice est sous pression pour fournir une explication plus complète de la perquisition du FBI dans le domaine de Donald

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Fil de Presse Québec Nouvelles

TRUMP : La justice américaine sous pression

Le ministère américain de la Justice est sous pression pour fournir une explication plus complète de la perquisition du FBI dans le domaine de Donald

La GRC dans les téléphones cellulaires

La GRC affirme avoir obtenu des mandats pour utiliser des outils qui collectent des messages texte et des courriels et peuvent allumer à distance des