• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Un pays qui n’assure pas le respect de ses lois est voué à la précarité

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

 C’est un principe fondamental en économie : les pays qui ne peuvent pas maintenir et appliquer le respect de la propriété privé sont voués aux chaos et à la précarité. C’est le cas de plusieurs pays en développement qui malgré des efforts constants de la communauté internationale se retrouvent constamment au bord du précipice.

Si la propriété privée et le respect des lois n’est pas respecté, les incitatifs économiques qui encouragent l’investissement, la création d’emplois et le développement de projets d’envergure disparaissent aussitôt. Dans de telles conditions, les investissements se font rares et la croissance économique est faible ou inexistante. Les citoyens ne profitent alors pas de hausses dans leurs conditions salariales et de meilleur pouvoir d’achats.

La situation du Canada au courant des deux dernières semaines est inquiétante pour la communauté internationale. Le message envoyé au monde est le suivant : le Canada est incapable de faire appliquer ses lois. Devant la paralysie de l’économie entière et du système de transportation ferroviaire par une poignée d’individus, le Canada de Justin Trudeau se croise les bras et prône la négociation.

Une notion fondamentale demeure : on ne négocie pas avec des terroristes. Lorsqu’une poignée d’individus paralysent un pays en entier, qu’ils soient étudiants de l’UQAM ou dissidents des premières nations, ils doivent être délogés. Surtout devant l’appui massif des premières nations aux projets de développement économique.

Le Canada a déjà perdu un projet de $20 milliards dû à son inaction devant des groupes de pression radicaux, et il perdra beaucoup plus d’investissements et d’emplois de qualité si son gouvernement continue de jouer la pâte molle devant ce qu’on pourrait qualifier un terrorisme économique. C’est encore une fois les Canadiens et Québécois qui paieront pour la faiblesse de Justin Trudeau.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
Médias

Critiquer les médias au temps du coronavirus

Depuis le début de la crise du coronavirus, nous, les Québécois, avons la chance (oui la chance) d’avoir un premier ministre qui ne compte pas ses heures ni les efforts que cela demande de recevoir et d’assimiler rapidement un flot énorme d’informations, pour nous donner l’heure juste en toute transparence, avec la bonhommie qui le fait apprécier d’une vaste majorité d’entre nous, toutes couleurs politiques confondues.

Solidarité Covid-19

La solidarité qu’osse ça donne

Dans mon ancienne vie de syndicaliste, j’ai participé à des dizaines de manifestations de toutes sortes. Immanquablement, j’ai scandé le mot « solidarité » à chaque fois, des centaines de fois. Ce mot qui sortait de ma bouche par automatisme est reconnu dans toutes les organisations ouvrières à travers le globe. Je connaissais sa définition certes, mais jamais l’action d’être solidaire ne s’était manifestée comme elle le fait depuis le début de cette crise sanitaire qui ne laisse personne indifférent.

Printemps

Un printemps sous la menace d’un coronavirus

Il y a quelques semaines, nous étions au Mexique pour nos vacances annuelles. Nous attendions le nouveau printemps sous le soleil sans toutefois nous douter de ce que nous réservait l’avenir. Jamais nous n’aurions imaginé un tel scénario dramatique. Le printemps est en effet arrivé, mais les terrasses et les restos sont vides. Le soleil brille dans le ciel, mais peu de gens sont dans les rues pour en profiter.

PCC LOGO

Reporter la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, oui ou non? 

Le Parti libéral du Québec a suspendu sa course à la chefferie et le Parti québécois l’a reportée aussi. Pourquoi le Parti conservateur du Canada s’obstine-t-il à poursuivre sa course, qui passe inaperçue de toute façon? Pour l’heure, la population du Canada doit composer avec le confinement, la distanciation sociale, l’encadrement des enfants, les fermetures de commerces, les pertes d’emploi et un moral en dents de scie. N’est-ce pas assez? A-t-elle envie, en ce moment, d’écouter des débats sur les oléoducs? A-t-elle la tête à entendre des gens s’obstiner sur le programme de l’un ou de l’autre? Je ne crois pas.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de québec nouvelles

Crise du COVID-19 : Abolir temporairement la TPS et la TVQ en ce temps de crise, une bonne idée?

Le monde est frappé par une pandémie de COVID-19 qui va laisser des traces sur le plan économique. La fermeture des frontières avec l’Europe et les États-Unis va avoir des effets directs sur l’économie du pays. Les magasins ferment les uns après les autres et tous les secteurs économiques sont touchés par cette crise du coronavirus. Des pertes d’emplois sont à prévoir à court et moyen terme. Donc, les compagnies et les travailleurs ont besoin de soutien. Lors des derniers jours, les gouvernements Legault et Trudeau ont annoncé des mesures pour aider les entreprises et contribuables à passer au travers de la récession économique qui va frapper tôt ou tard le monde occidental.

L’Italie entière mise en quarantaine

Après avoir tenté de limiter la contagion du COVID-19 en mettant en quarantaine le nord du pays, l’Italie annonce que c’est le pays en entier