• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

OPINION: Le Bloc et l’avantage du terrain

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Par Nicolas Rioux, étudiant à la Maitrise en Droit (LL.M.) à l’Université d’Ottawa.
Ce texte est un texte d’opinion et ne représente pas la position éditoriale de Québec Nouvelles

Bien perspicace et audacieux aurait été celui ou celle qui aurait prédit un retour en force du Bloc Québécois après l’épineux périple que ce véhicule politique aura traversé sous le règne de Martine 1ère. Yves-François Blanchet en aura surpris plusieurs par la qualité de son français et par sa vigueur à défendre l’autonomie du Québec lors des débats de cette campagne. Et pourtant, cette compétitivité politique émergente n’est pas principalement attribuable au Bloc lui-même. Les munitions lui avaient été refilées.

Il tient en premier lieu de souligner la position d’Andrew Scheer sur l’imposition d’un pipeline sur le territoire québécois. Bien que cette position soit payante dans l’Ouest canadien, elle en a refroidi plus d’un au Québec. Pour plusieurs Québécois, Scheer n’était déjà plus une option, d’autant plus en raison de sa position ambiguë sur l’avortement. Première munition pour le Bloc.

L’attention des Québécois s’est alors tournée vers ce que Justin Trudeau avait à leur offrir. Apparemment, la seule chose qui aurait pu plaire aurait été la tentative de sauvegarde de SNC-Lavalin dans l’espoir de conserver des emplois de qualité dans la province. Or, les Québécois ont bien fait la distinction entre le débat portant sur l’opportunité de procéder à une entente de réparation avec une entreprise corrompue et le débat sur la protection du principe de séparation des pouvoirs garant de notre démocratie moderne. Si les Québécois ont bien appris quelque chose de ce scandale, c’est que le Premier ministre ne pourrait s’ingérer dans ce dossier sans en subir les conséquences politiques. Dès lors, sa position sur le sujet ne valait plus rien. Blanchet n’a pas non plus manqué de dénoncer l’instrumentalisation que Scheer a fait de ce scandale au détriment des emplois québécois. Deuxième munition pour le Bloc.

Justin Trudeau a fait un Andrew Scheer de lui-même lors du débat en français, en expliquant qu’il n’avait pas l’intention de contester la Loi 21 adoptée par l’Assemblée nationale du Québec à cette étape-ci (avant d’être réélu) alors qu’il avait été beaucoup plus clair lors du débat en anglais. Avec le mépris qu’il a emprunté afin de décrire le caractère “discriminatoire” de cette loi, c’est le consensus québécois qu’il est venu remettre en question, rappelant encore une fois l’éternelle solitude culturelle entre le Québec et le Rest of Canada. C’est la capacité du Québec à s’autogouverner qu’il est venu remettre en cause en attaquant la Loi 21. Troisième munition pour le Bloc.

Partant de cet environnement politique, le Bloc n’avait qu’à envoyer son chef au champ de bataille pour qu’il transforme les munitions récoltées en capital politique. Il devint ainsi magiquement l’emblème de la défense de la souveraineté parlementaire québécoise, de la résistance aux projets pétroliers en sol québécois et de la protection des “fleurons” québécois.

Avec un gouvernement du Québec nationaliste majoritaire et un futur gouvernement fédéral risquant fort d’être d’une minorité et d’une faiblesse jamais vu dans l’histoire canadienne, le Bloc est devenu le choix naturel pour bien des Québécois désireux de voir le Québec conserver sa pleine autonomie sur son territoire. Le Bloc Québécois peut remercier Scheer et Trudeau pour tout ce capital politique, qui, répétons-le, n’était pas acquis un instant.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
Justice

Les impacts du virus sur le système de justice

La crise autour du Coronavirus affectera énormément les procédures judiciaires au Canada et au Québec et les victimes en seront encore les grandes perdantes. Le retard des procédures judiciaires, rappelons-le, est le principal facteur de non-dénonciation chez les victimes surtout dans les cas de violence familiale et d’agression sexuelle.

COVID-19 : Éric Duhaime a partiellement raison

Je dois vous dire que je suis partiellement d’accord avec M. Duhaime. Il faut reconnaitre que François Legault a agi rapidement face à la crise. Il a imposé une politique de confinement aux Québécois et a fermé les écoles et les entreprises qui n’offrent pas de services essentiels. C’est ce qu’il fallait faire pour éviter de se faire submerger par le COVID-19 comme en Italie. Par contre, je ne pense pas que cela soit réaliste de redémarrer la machine en avril. Cela serait trop risqué sur le plan sanitaire. Je crois que le confinement doit se poursuivre jusqu’à la mi-mai environ. Après cela, il y a de forces chances que le pire de la crise soit derrière nous. Après, j’estime qu’un retour au travail sera possible. Il faut se rendre à l’évidence. On ne pourra pas vivre confiner pendant un an. Ce n’est pas réaliste économiquement et socialement. Il faudra apprendre à vivre avec ce virus, qu’on le veuille ou non.

Fin du monde

Covid-19 : Le scénario de fin du monde

Depuis plusieurs jours, si ce n’est depuis le premier point de presse du premier ministre François Legault, des journalistes ne cessent de le questionner sur les scénarios de la courbe de propagation de la COVID-19, dont se sert la Santé publique pour préparer ses directives.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de québec nouvelles

Les barricades des négociations

Les autochtones ne sont pas les seuls à réclamer leur territoire.  Nous le faisons au Québec depuis le début de la flamme péquiste. Nous réclamons