• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le poison Tinder

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Dans mon dernier article sur les relations homme-femme, je vous ai parlé de l’impact du féminisme radical. Aujourd’hui, nous allons continuer dans la même veine en parlant de Tinder. Aussi étrange que cela puisse avoir l’air, Tinder est un allié du féminisme radical mais un poison pour les hommes comme pour les femmes.

Un déséquilibre voulu

Tout d’abord, il faut savoir que l’application Tinder avantage les femmes bien que les hommes. Statistiquement, il y a 75% d’hommes et 25% de femmes sur le réseau. Ceci étant, une femme a 25 fois plus de chance de matcher qu’un homme. Déjà là, on peut trouver qu’il y a quelque chose d’anormal. Ce n’est pas tout. L’algorithme de Tinder est fait de la sorte que les hommes n’obtiennent que peu de énormément de matchs. Par cette situation de plusieurs hommes optent pour les options payantes de l’application. En payant, ils peuvent augmenter leur nombre de swipe, de super like et autres… Tinder fait exprès pour que les hommes soient frustrés fin de et les faire dépenser de l’argent.

Pourquoi les hommes devraient-ils chercher à s’accoupler ou à avoir des relations dans un terrain qui leur ait foncièrement hostile ? Dans la société, il y a 50% d’hommes et 50% de femmes. Si vous êtes au monde, c’est parce que vos parents se sont rencontré et vu que la population augmente, il faut bien croire que ces fameux 50/50 finissent par se matcher dans la vraie vie. J’y reviendrais…

Illusion d’abondance, illusion de rejet

Tel que mentionné, les femmes ont un avantage incroyable sur cette application. Il faut également comprendre que dans la société en général, environ 20% des hommes attirent 80% des femmes. Les femmes sont attirées par les mêmes hommes alors que les hommes sont attirés par des femmes différentes. Cette réalité explique cette autre statistique :

De par ce phénomène, un homme banal aura peut-être 2 à 4 matchs dans sa journée et ce s’il paye. Une femme qui ouvre un compte Tinder peut en avoir des dizaines voir plus de cent en une journée. La distorsion crée un effet pervers qui joue sur les mentalités. Un homme qui reçoit relativement peu de matchs aura mal à son estime de lui-même. Il se demandera comment se fait-il qu’aucune femme ne lui porte son attention ou encore que les femmes qu’il match sont pour le dire poliment… moins bien entretenues que lui. Ceci entraînera l’homme dans un cercle vicieux où il perdra progressivement confiance en lui-même ce qui le rendra de facto moins attirant. Un grand nombre d’hommes vivent ainsi des phénomènes de misère sexuelle.

À contrario, les femmes sont sur-sollicitées sur l’application. Ceci entraîne une déshumanisation des hommes dans leur esprit. « Ce n’est qu’un autre homme, je peux facilement en changer ». Devant tous ces matchs, la femme adopte une attitude d’employeur qui recevrait énormément de CV et en mettrait la moitié à la poubelle sans même les consulter faute de temps. Ceci lui donne l’illusion d’être une reine devant ces sujets dont elle peut disposer à sa guise. Mais dans le monde réel, il n’y a pas 100 hommes qui cherchent réellement à entrer en relation avec elle. Cette illusion la pousse également à se faire des critères de sélection irréalistes ou déconnecté de ce qu’elle a elle-même à apporter dans un couple. Non, une caissière en surpoids avec un secondaire 4 pas fini n’intéressera pas un homme prospère et mature qui s’entretien et ce même si elle reçoit 100 matchs de plus que lui.

Comme le dit la love coach française Belinda « Le constat est là : il n’a jamais été aussi simple de rencontrer l’âme sœur et donc potentiellement de coucher et de se mettre en couple, et pourtant la misère sexuelle et affective n’ont jamais été aussi présentes ».

Quand le féminisme radical sert le grand capital

Tinder est le monstre des applications de rencontre. Avec 1,6 milliard $ de profit en 2021, l’entreprise a connu une croissance de 17% par rapport à l’année précédente. C’est le capitalisme le plus pur et dur qui prend d’attaque les relations homme-femme. Quel est le lien avec le féminisme radical ?

Avec la montée des discours féministes extrêmes, certaines histoires de séduction plus classiques sont vites devenues décriées comme étant du harcèlement. Les rencontres spontanés dans les lieux publics sont découragées. À une époque assez près de la notre, il était fréquent que des couples se forment à partir de rencontre dans les magasins, les parcs, même dans les épiceries, les bars, les clubs, rarement mais des fois dans les transports ou encore le perron de l’église pour remonter un peu plus loin. Alors qu’il fallait déjà un certain courage chez l’homme pour aborder une femme et affronter la peur du rejet, il y a maintenant le risque de tomber sur une femme qui vous balancera sur les réseaux sociaux comme étant un porc.

Attention, je ne dis pas d’aborder n’importe comment et de pousser après s’être fait dire non. Cependant, un homme qui va voir une femme après quelques échanges de regards et sourires dans un wagon de métro n’est pas un harceleur et ne devrait pas être traité comme un criminel.

En délégitimant toutes les formes de rencontre classique, le féminisme radical transforme Tinder comme étant la seule façon légitime d’aborder. C’est à croire que les générations de nos ancêtres étaient remplis d’harceleurs et de violeurs en puissance vu que cette technologie n’existait pas à l’époque.

Ce discours est toxique et doit être traité comme tel. À la vérité, les femmes préfèrent les rencontres spontanés. Connaissez-vous beaucoup de films romantiques qui se passent sur Tinder ? Les femmes souhaitent la rencontre inattendu, la rencontre qui ne devait pas arriver mais qui relève du destin. On a tous en tête la scène d’un homme qui bouscule une femme avec des livres et fait connaissance avec elle en l’aidant à ramasser. Que ce soit cela ou encore une rencontre dans un bar où les yeux se croisent les passions se délivrent et s’entremêlent.

Pas une rencontre où au final, vous vous êtes rencontré car vous avez matché et que la femme avant vous a swipe à gauche. Oui des couples se sont formés sur Tinder, mais combien de filles vont dire »On dira qu’on s’est rencontré à la bibliothèque ! ».

Ainsi, le féminisme radical en voulant lutter contre le harcèlement empêche bien des femmes de faire des rencontres comme elles le voudraient. Pour les hommes qui ne veulent pas prendre ces risques, Tinder devient la seule issue et ils entrent dans l’engrenage. Les féministes radicales pensent que Tinder leur offre du pouvoir par rapport aux hommes alors qu’aux finales elles seront perdantes.

Avec des critères surélevés, de nombreuses femmes se retrouvent célibataires dans la trentaine et c’est à ce moment qu’elles sont prises au piège. Un homme de 35 ans aura accès aux filles de 25 ans mais l’inverse n’est pas vrai. Il y a un gros problème de célibat féminin rendu à l’âge adulte. Ne l’oubliez pas, le féminisme radical ne cherche pas à améliorer les rouages de la séduction mais à rendre les hommes esclaves dans une logique de vengeance.

La vraie vie est ailleurs

Tel que développé, Tinder est une illusion. Presque tout est faux sur Tinder. Il s’agit principalement d’une arnaque pour les hommes qui y sont traité comme de la marchandise jetable. Pendant qu’ils perdent leur temps sur Tinder, les hommes ne sont pas en train de travailler leur game. Comme l’illustre cet internaute sur Reddit : I feel like a lot of guys try to substitute Tinder for game and they use it as a « hey I’m trying so this counts » type of deal. You can have success on Tinder, but the best results is from going out and risking rejection. I would almost compare it to a video game where you only unlock 5% of items in the game but are frustrated when you can’t succeed. That’s exactly what Tinder is, 5% of all game. If you ever want to be the best and get the best, you have to give up Tinder and go out there and fucking do it. No more excuses, no more handicaps.

Si l’humanité s’est reproduite pendante des millénaires sans les applications de rencontre c’est parce que c’est possible. Ce l’est toujours ! Travaillez sur vous. Faites du sport, entretenez-vous, trouvez-vous des passe-temps divertissants, améliorez votre humour, développez votre charisme. En vous mettant au centre de vos priorités, vous serez attirant. Trouvez-vous un but dans la vie et d’autres gens voudront vous suivre et en faire partie. N’hésitez pas à faire des approches. Dans la vie, on gagne et on perd, c’est comme ça. Mais allez dans des endroits où le ratio homme/femme est plus équilibré voir à votre avantage. Dites vous que toutes les femmes ont des amies et qu’une femme peut vous introduire à une autre. Il faut de l’argent pour faire de l’argent et des femmes pour avoir des femmes.

Ainsi, je vous invite à fermer votre Tinder (à moins que vous souhaitez faire mon petit truc des outils) et à délaisser tout le discours féministe radical sur les relations homme/femme.

Devenez libre. N’ayez plus peur.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

  • Nouvelles semblables

« Maudits blancs ! »

CHRONIQUE/ L’Université Laval s’est récemment fait prendre la main dans le sac. Son exclusion néo-ségrégationniste des Québécois (à Québec !) n’a pas passé dans l’opinion

C’est le Québec qui aura fait gagner Erin O’Toole

Après une longue soirée électorale, le Parti conservateur du Canada a annoncé qu’Erin O’Toole est le nouveau chef du parti. Ce dernier a remporté la victoire au troisième tour de scrutin avec 57 % des voix contre 43 % pour Peter Mackay.

  • Autres articles de Jacques Bref

Faut-il privatiser Hydro-Québec ?

La question de la privatisation d’Hydro-Québec se pose plus que jamais. Vu l’incompétence de la société d’État de fournir un service décent à la population,