• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les gouvernements ne travaillaient pas toujours en tandem lors des manifestations du convois, admet le dictateur Trudeau

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

OTTAWA — Les différents paliers de gouvernement impliqués dans la tentative de mettre fin aux manifestations de masse à Ottawa et à plusieurs passages frontaliers l’hiver dernier n’étaient pas toujours d’accord, a reconnu mercredi le premier ministre Justin Trudeau.

Cependant le PM a dit que l’important est qu’en fin de compte, il y ait eu une unité entre la ville, la province et le gouvernement fédéral, y compris sur la décision d’invoquer la Loi fédérale sur les mesures d’urgence à la mi-février pour mettre fin aux semaines événements.

Il y a eu « bien sûr » des moments pendant le déroulement du convoi où les gouvernements « ne travaillaient pas aussi étroitement que l’idéal aurait été », a déclaré Trudeau. «Mais l’important est que nous nous soyons tous unis et que nous donnions la priorité aux Ontariens et aux Canadiens et que nous ayons résolu la situation.»

Ses commentaires interviennent un jour après que l’enquête publique sur l’utilisation de la loi fédérale sur les mesures d’urgence ait produit des preuves suggérant qu’environ 10 jours après le début du convoi, Trudeau ne pensait pas que le premier ministre ontarien Doug Ford se présentait pour aider à y mettre fin.

« Doug Ford s’est caché de sa responsabilité pour des raisons politiques, comme vous l’avez souligné », a déclaré Trudeau au maire d’Ottawa, Jim Watson, selon la lecture d’un appel entre eux le 8 février.

Il a poursuivi en disant que Ford ne pouvait pas être autorisé à s’en tirer comme ça.

Watson témoignait à l’enquête mardi et a déclaré qu’il partageait la frustration de Trudeau.

Avec trois jours de témoignages maintenant terminés, l’enquête a commencé à brosser le tableau d’une réponse chaotique à l’événement par la police et les différents niveaux de gouvernement.

L’enquête est une exigence légale en vertu de la Loi sur les mesures d’urgence pour évaluer si le gouvernement a atteint le seuil élevé requis pour l’utiliser.

Invoquer la loi sur les mesures d’urgence, ce qui n’avait jamais été fait depuis son adoption en 1988, a permis au gouvernement de mettre en œuvre des pouvoirs temporaires mais extraordinaires, notamment le gel des comptes bancaires des participants au convoi et l’obligation pour les compagnies d’assurance de suspendre la couverture d’assurance des véhicules impliqués dans le convoi.

Les conservateurs de l’opposition font partie des critiques qui affirment que le gouvernement n’a pas atteint le seuil légal et qu’invoquer la loi était un excès pour faire face à ce qui équivalait à des personnes exprimant légalement leur mécontentement à l’égard du gouvernement.

De nombreux députés du parti ont également ouvertement soutenu les manifestants lors de leur prise de contrôle des rues à l’extérieur de la colline du Parlement, alors même que les résidents locaux se plaignaient de klaxonner sans fin et que les dirigeants de la ville les suppliaient de partir.

Le député conservateur de l’Alberta, Arnold Viersen, a appelé les manifestants qui étaient là à présenter des observations publiques à la commission sur leurs motivations et « à quel point vous vous sentiez en sécurité ».

« ‘Vous pouvez parler des châteaux gonflables, vous pouvez parler du hockey de rue qui s’est joué, vous pouvez parler du sens de la camaraderie que vous aviez et de la fierté que vous aviez pour notre pays », a-t-il déclaré dans une vidéo Facebook filmée Mardi sur le site principal du blocus d’Ottawa.

« Vous pouvez parler du fait que c’était généralement une congrégation sûre et vous pouvez dire que vous n’aviez pas l’impression que le gouvernement écoutait. »

Alors que les manifestations de l’hiver dernier se poursuivaient, Ottawa a tenté de créer une conversation régulière entre les trois paliers de gouvernement pour discuter du convoi, mais la province n’a jamais accepté l’invitation.

Ford a finalement soutenu l’utilisation de la Loi sur les mesures d’urgence et a utilisé ses propres mesures, notamment en appelant à l’état d’urgence dans la province pour tenter de maîtriser à la fois l’occupation à Ottawa et les blocages aux points de passage frontaliers critiques avec les États-Unis.

Lundi, avant que la transcription de la conversation entre Trudeau et Watson ne soit publique, Ford s’est tenu à leurs côtés lors d’une annonce à Ottawa et a déclaré aux journalistes qu’il « se tenait côte à côte » avec le gouvernement fédéral pendant le convoi.

Ford est le premier premier ministre conservateur à avoir publiquement soutenu l’utilisation par Trudeau de la Loi sur les mesures d’urgence. Les gouvernements de la Saskatchewan, de l’Alberta et du Manitoba, dont les provinces ont vu des blocages aux frontières ou des efforts pour perturber la circulation, ont tous rejeté cette décision comme étant inutile.

L’ancien premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, a déclaré à l’époque qu’il croyait que quelque chose devait être fait et que ce serait à Ottawa de défendre ses actions.

L’approbation de Ford cette semaine n’a pas été bien accueillie par la députée conservatrice de l’Ontario, Karen Vecchio, qui l’a qualifiée mardi de « malheureuse » et a noté que l’enquête faisait toujours son travail.

Le député québécois Gerard Deltell a ajouté mercredi qu’il estimait que le processus de la commission devait se dérouler avant que des commentaires puissent être faits.

Trudeau a déclaré mercredi qu’il y aurait beaucoup plus de détails à venir au fur et à mesure que l’enquête se poursuivrait, mais pour lui, la clé est ce qui s’est passé pour mettre fin aux événements.

« Doug Ford a invoqué sa loi sur les urgences. Nous avons invoqué notre loi sur les mesures d’urgence », a-t-il déclaré.

« Nous avons fait passer les citoyens de l’Ontario, le bien-être des familles, le bien-être de notre économie avant les intérêts des manifestants illégaux, et nous étions heureux d’être solidaires à ce sujet. Et comme vous l’avez vu lundi, nous continuons d’être solidaires à ce sujet alors même que nous faisons d’importantes annonces économiques pour l’avenir de l’Ontario.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Bravo Fitzgibbon! Mais encore…

On apprenait dans les derniers jours que le super-ministre Fitzgibbon veillait à préserver l’attractivité du Québec pour les investisseurs étrangers, mais l’historique du gouvernement Legault

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jacques Bref

Faut-il privatiser Hydro-Québec ?

La question de la privatisation d’Hydro-Québec se pose plus que jamais. Vu l’incompétence de la société d’État de fournir un service décent à la population,