• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les Québécois appuient GNL-Québec

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Malgré une campagne de propagande sans limites contre le projet GNL Québec, un sondage révèle que 53% des Québécois sont encore en faveur du projet.

Le bon sens populaire est encore de mise. Les Québécois veulent des bons emplois durables comme offre ce projet. Il n’est pas question de détruire l’environnement mais bien de s’enrichir et d’utiliser le gaz NATUREL.

« Près de 53 % de répondants québécois accueilleraient favorablement le projet abandonné de GNL Québec, quand 61 % d’entre eux pensent que la Belle Province devrait exploiter son potentiel en gaz naturel. »

Mais évidemment, François ‘Air Transat’ Legault continuera de faire à sa tête. Il était tellement fier de bannir les hydrocarbures au Québec avec sa loi digne de Cuba qu’il n’est pas près de reculer.

Environ 60 % des sondés canadiens ont aussi avancé qu’ils étaient contre l’augmentation des taxes pour lutter contre les changements climatiques.

Essayez de faire comprendre ça à nos illuminés de la religion verte.

Le Québec s’appauvrit, refuse de se développer et fait preuve d’un manque de solidarité envers nos alliés européens.

Gardons en tête la différence entre les élites et le peuple sur cet enjeu. Le peuple sait qu’il a tout à gagner par le développement de l’OR noir.

Le Québec n’est pas différent du reste du monde. Ici aussi la découverte de gaz est vue comme une bonne nouvelle.

Qu’est-ce que craint notre gouvernement ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Jacques Bref

John A Macdonald cancellé

On se souvient de la scène. Des activistes décident de décapiter la statue au centre-ville de Montréal à l’effigie de John A. Macdonald. Alors que