• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

L’importance de l’humour en temps de pandémie

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Les conséquences liées à l’actuelle pandémie causent énormément d’inquiétudes, d’où l’importance de l’humour, surtout en ce jour du poisson d’avril !

Jusqu’à tout récemment, on pouvait dire que l’humour était « […] un phénomène socioculturel révélateur de l’évolution des mentalités québécoises, mais pourtant négligé par l’intelligentsia ». Aujourd’hui, tant le premier ministre que le directeur national de la santé publique y ont recours pour faire passer la pilule. On n’a qu’à penser aux claques de Horacio Arruda et à la chanson de Jean-Pierre Ferland que François Legault a citée. M. Legault et M. Arruda savent, tous deux, que l’humour fait non seulement partie de notre identité, mais qu’il est aussi considéré comme notre sport national.

L’impact du rire

C’est prouvé, le rire est thérapeutique. Selon Santé magazine, il permet notamment d’évacuer le stress, de réduire la tension artérielle, de renforcer le système immunitaire et même de réduire la douleur. Dans un reportage consacré aux bienfaits du rire, Canal Vie soulève le fait que le rire a des effets positifs sur le moral, des répercussions bénéfiques sur notre façon d’aborder les aléas de la vie, voire même sur notre habileté à relever des défis.

Le rire est tellement puissant qu’il redonne aux enfants malades le goût de jouer, et leur donne de faire face à la maladie d’une manière plus sereine.

Pour changer le mal de place

Évidemment, quand quelqu’un a perdu son emploi, qu’il doit piler sur son orgueil et aller chercher de quoi manger dans un centre de distribution alimentaire, il est compréhensible que son cœur ne soit pas à la fête. Le rire ne règle pas tout, mais il peut certainement nous aider à passer au travers de cette crise. Effectivement, la science du rire, appelée la rigologie, permet de mettre à distance nos soucis et de dédramatiser. Ce n’est pas pour rien qu’on voyait au début de la crise de la Covid-19 plein de blagues sur les rouleaux de papier hygiénique. Des mordus de l’humour avaient trouvé le moyen de rire du fait que la majorité des citoyens étaient au bout de leur rouleau. Ils ont ainsi dédramatisé la situation et ont probablement permis à ceux-ci de rire d’eux-mêmes.

Un indicateur

Bien sûr, le rire ne change pas notre réalité, il ne fait que nous amener à prendre un recul, ce qui n’est pas rien, car prendre une certaine distance de nos problèmes change notre perspective de la situation et nous dispose à mieux l’aborder. Cependant, si plus rien ne nous fait rire, il est temps de consulter et de chercher de l’aide. Cet abattement excessif est un indicateur qu’on a besoin d’accompagnement pour remonter la pente. Comme l’a mentionné notre premier ministre, il est important d’aller chercher de l’aide.

Même si ce qui nous faisait rire hier ne nous fait plus rire aujourd’hui, le besoin actuel de rire est d’autant plus criant qu’il peut réellement nous aider à traverser cette crise. C’est au milieu de ces événements extraordinaires qu’on réalise que certaines vérités traversent les époques. En effet, un des hommes les plus sages de l’Antiquité a affirmé une vérité qui est encore aujourd’hui d’actualité : 

La bonne humeur favorise la guérison, mais la tristesse fait perdre toute vitalité.

Et si Salomon avait raison ? …

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Le politicien

En cette période complètement folle et insensée, qui se révèle être une première historique pour l’humanité (le confinement), le citoyen responsable et intelligent est en droit de se questionner sur les conditions qui soudainement gèrent ou à tout le moins dirigent son quotidien. Il doit s’interroger sur le pouvoir que les politiciens exercent sur lui.

  • Nouvelles semblables

Horacio Arruda doit partir !

Pendant deux mois et demi, le directeur de la Santé publique, Horacio Arruda nous a imposé un confinement généralisé. Il disait faire cela pour protéger les personnes âgées. On sait maintenant que ce fut un échec.

  • Autres articles de Éric Lanthier