• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le Parti conservateur est une coalition et la droite sociale en fait partie

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
March for life
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Fondé en 2004, le Parti conservateur du Canada est une coalition entre plusieurs mouvements idéologiques : les nationalistes québécois, les Red Tories, les libertariens et les conservateurs sociaux. Toutes ces factions ont leur place au sein du mouvement conservateur canadien. Je me définis comme un nationaliste québécois et je me situe au centre droit du spectre politique canadien. De ce fait, j’appuie Peter Mackay dans cette course. Mais, je vais me porter à la défense du candidat plus à droite de la course, Erin O’Toole. 

Ce dernier est le candidat des libertariens et il obtient l’appui d’une partie des conservateurs sociaux. L’élu ontarien est de droite sur le plan économique, mais plutôt modéré sur le plan social. S’il devient chef du parti, il a déjà dit qu’il ne rouvrirait pas le débat sur l’avortement. Cependant, il permettrait à un député de présenter un projet de loi privé sur cette question. Cela a été la position de Stephen Harper quand il était au pouvoir et ce dernier n’a jamais touché à cette question délicate durant ses années à la tête du pays. 

Peu importe qui gagnera la course, les médias de masse vont tenter de remettre à l’ordre du jour l’avortement afin de nuire aux conservateurs. Les salaires des journalistes (Radio-Canada et La Presse) sont payés par Justin Trudeau. Donc, ces derniers vont faire activement campagne contre le PCC. Il faut que le prochain chef soit CLAIR. Le débat sur l’avortement est clos. Pouvons-nous passer à autre chose ?

En terminant, malgré cela, les conservateurs sociaux font partie de la grande coalition conservatrice. Ils ont leur place au sein du parti. Ils peuvent promouvoir leurs idées à l’intérieur du PCC. Mais, le nouveau chef devra être clair et dire haut et fort que les questions sociales sont réglées.   

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

CHSLD : De Charybde en Scylla ! Sortez les gens de là !

L’expression « De Charybde en Scylla » nous vient de la mythologie grecque (L’Odyssée, Ulysse). Il s’agissait de deux monstres et en naviguant dans un certain passage, tu évitais le premier pour te ramasser avec l’autre.

  • Nouvelles semblables

La course à la chefferie du Parti conservateur s’annonce salutaire pour l’avenir du Canada

La course à la chefferie du Parti conservateur continue tranquillement sa route. Ce qui s’annonçait comme un couronnement de Peter Mackay est maintenant devenu une bataille féroce. Erin O’Toole a gagné plusieurs points en unissant les « vrais bleus », une coalition de conservateurs plus à droite, incluant tant des libertariens que des conservateurs sociaux.

Andrien pouliot

Le chef du Parti conservateur du Québec souhaite un groupe de travail pour la relance de l’économie

Hier, sous les ondes de CHOI Radio X Québec, M. Pouliot estime que le gouvernement Legault doit mettre en place un groupe de travail afin de préparer l’après-confinement. « On ne pourra pas vivre comme cela indéfiniment. Il va falloir que l’économie redémarre un jour », souligne le chef conservateur. Ce dernier pense que François Legault devrait annoncer quelles entreprises pourraient rouvrir leurs portes après le 4 mai. « Il faut savoir où on s’en va sur le plan économique. Il pourrait mettre en place un groupe de travail pour déterminer la suite des choses », martèle-t-il.

Les Conservateurs ont travaillé pour vous, pour le Québec!

Depuis cinq ans, Justin Trudeau tente de faire croire que les sénateurs nommés par son gouvernement depuis 2015 sont indépendants de toute influence politique de sa part et celle de son caucus. C’est plutôt un autre exemple de manipulation de la réalité que seul notre premier ministre actuel tente d’imposer à la population.

  • Autres articles de Simon Leduc