• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les 5 plus grands premiers ministres de l’histoire du Québec (#5)

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Dans une série d’articles, je vais vous présenter les cinq plus grands premiers ministres de l’histoire du Québec. 

Première partie 

5 : Honoré Mercier (1887-1891) :

Honoré Mercier est né le 15 octobre 1840 à Saint-Athanase au Quénec.  Ce dernier était avocat de formation.  Dans les années 1870, il fut député du Québec à la Chambre des communes à Ottawa.  Mais c’est sur la scène québécoise que cet homme politique s’est démarqué.  En 1879, il devint député provincial du comté de St-Hyacinthe. 

Il y a un événement politique canadien qui va chambouler le paysage politique québécois durant la décennie 1880.  Je fais référence à la pendaison de Louis Riel en 1885.  Après le soulèvement des métis au Manitoba contre l’autorité fédérale, le premier ministre canadien John A. Macdonald ordonna l’exécution du leader métis pour trahison.

Louis Riel était un ami de la majorité historique francophone.  Cette dernière était en colère contre le gouvernement fédéral pour ce geste barbare.  La classe politique canadienne française du Québec s’est unie derrière un parti national, formé par des dissidents libéraux et conservateurs qui  ont rejeté la position trop timide de leur parti respectif face à la pendaison de Riel.  Mercier a été proclamé chef de ce nouveau parti et il remporta les élections de 1886 et devint officiellement premier ministre du Québec le 29 janvier 1887. 

Durant son règne à la tête du Québec (1887-1891), Honoré Mercier sera le premier chef de gouvernement véritablement nationaliste.  Durant son règne, il a défendu le principe de l’autonomie provinciale face aux visées centralisatrices d’Ottawa.

« Mercier convoque aussi la première conférence interprovinciale des premier ministres depuis la Confédération et se porte à la tête du mouvement visant à forcer le gouvernement fédéral à reconnaître le principe de l’autonomie provinciale en matière de questions administratives et fiscales ». 

Subséquemment, Honoré Mercier fut le premier premier ministre québécois à faire valoir les intérêts du Québec à l’étranger.  Par exemple, il a fait un voyage remarqué en France. 

Les autres grandes réalisations de ce chef politique furent reliées aux chemins de fer, à l’agriculture et la colonisation

« Son gouvernement encourage la construction ferroviaire et la colonisation des terres inexploitées.  En 1888, il crée un ministère de l’Agriculture et de la Colonisation, dont le sous-ministres est le curé Antoine Labelle ».

Sa cote de popularité était importante quand il se présenta pour un deuxième mandat.  Il fut facilement réélu en 1892, mais il fut forcer de démissionner à cause du scandale de la Baie des Chaleurs

En conclusion, à mes yeux, Honoré Mercier est un des plus grandes premier ministre du Québec, car il fut le premier leader politique nationaliste.  Pour lui, c’était le Québec d’abord.  Son principal cheval de bataille fut l’autonomie provinciale.  C’est un principe que tous les premiers ministres québécois défendent depuis Duplessis.  Donc, son héritage est important et c’est pour cette raison qu’il est le 5e plus grand PM de l’histoire du Québec. 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

Le politicien

En cette période complètement folle et insensée, qui se révèle être une première historique pour l’humanité (le confinement), le citoyen responsable et intelligent est en droit de se questionner sur les conditions qui soudainement gèrent ou à tout le moins dirigent son quotidien. Il doit s’interroger sur le pouvoir que les politiciens exercent sur lui.

  • Nouvelles semblables
Trudeau le Clown

Le clown qui cherchait à acheter des votes

Il était une fois un clown qui, miraculeusement, aura réussi à se hisser jusqu’au sommet de l’appareil gouvernemental du pays, tout en étant sur le fond un pur idiot. Balbutiant dans un français incompréhensible, incapable de comprendre la réalité sommaire, force est de constater qu’il occupe un trône bien trop grand pour lui. Le clown ne doit le mérite de sa réussite politique qu’à un seul facteur ; le sang. Si ce n’était de Pierre-Elliot Trudeau, alias « just watch me », le clown serait resté dans sa zone de confort, c’est à dire les pitreries. Qu’un tel homme gouverne un pays demeure une énigme insurmontable.

Sébastien Proulx ADQ

Le Québec a besoin d’une opposition constructive

Règle générale, une crise comporte quatre phases. La première, la phase héroïque, où les leaders prennent en charge la situation avec courage et bienveillance. On se retrousse les manches, on attaque bravement le problème pour y remédier. Ensuite, vient la phase de la lune de miel. C’est là que l’on voit l’efficacité de ses mesures. Les choses bougent, on a confiance et tout le monde coopère. Or, vient un temps où la patience de tout un chacun est mise à rude épreuve, la lune de miel est terminée, et c’est la désillusion. C’est la troisième phase. Les plaintes affluent, et les critiques des partis de l’opposition se font entendre. Ceux-ci ont un choix à faire, répliquer pour construire et aider, ou contester en opportunistes. Enfin, la quatrième phase, c’est la reconstruction.

  • Autres articles de Simon Leduc