• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

OPINION | Donald Trump et le visage caché de la démocratie

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Même si je souhaitais que Donald Trump conserve sa place, je répugnais à y penser. Quatre années de plus dans la tromperie, l’imaginaire, le chao et les soubresauts intempestifs auraient eu raison de ma patience.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Nous vivons présentement des jours sombres pour la démocratie. Ce n’est pas seulement le fait de se cacher les yeux pour ne pas voir. Il faut ouvrir ses oreilles pour entendre la clameur et ne rien dire si le sujet n’est pas important. Une victoire dans la controverse et des malversations auraient eu lieu lors la présidentielle Américaine.

Même si je souhaitais que Donald Trump conserve sa place, je répugnais à y penser. Quatre années de plus dans la tromperie, l’imaginaire, le chao et les soubresauts intempestifs auraient eu raison de ma patience.

Donald Trump est misogyne, hypocondriaque, mégalomane, narcissique, autoritaire, et revanchard. Il y aurait probablement autant d’irrégularités dans un camp comme dans l’autre, car le pouvoir était à portée de main.

Autant de places pour la tromperie avec des élections postales et un comptage encore fait par des individus qui peuvent se tromper, non par malveillance, mais par opinion politique. Les médias ont confirmé la victoire de Biden, alors que le perdant attend toujours les résultats qui prendront encore un certain temps à venir combler la différence. L’un s’est autoproclamé vainqueur avec l’aide de certains médias, alors que des recomptes seront nécessaires. L’autre qui gruge son frein le temps que durera la crise de démocratie.

Il faut savoir dire au revoir et merci. Il faut abdiquer sans affronter la justice. Un mauvais départ n’apporte rien de bon à une démocratie qui fait l’envie du monde entier. Un scrutin qui est regardé à la loupe afin d’y percevoir des lacunes. Dans toute élection, il y a un gagnant et un perdant. Mais si le vaincu refuse d’admettre sa défaite, cela mène à la situation actuelle. Un pays avec plus de 350 millions de personnes avec une différence actuelle de 9 millions avant recompte ne laisse aucun doute. Il faut savoir faire ses valises et passer à autre chose.

Trump n’est pas un homme qui fait des compromis. Il refuse de reconnaître sa défaite. Il peut être l’allumette dévastatrice ou un grand homme en acceptant le verdict. Ses partisans sont actuellement très sages et courtois. Ils acceptent mieux la défaite que l’homme au pouvoir. Il faut qu’il y ait une transition harmonieuse, mais Trump y est incapable. Il ne peut et ne veut reconnaître ce qu’il a fait pour son pays. Il ne laisse aucun héritage constructif et c’est ce qui le désole. Il a semé le mépris, mais il voudrait voir le peuple lui lance des fleurs.

La démocratie est ridiculisée, malmenée, et meurtrie par des déclarations inutiles et sans fondements. Désormais, il faudra attendre la fin du dénouement afin de raccrocher la balance sur les statues de l’équilibre. Lui qui possède argent et pouvoir, il devra désormais canaliser sa colère sur une balle blanche et redécorer son appartement aux couleurs de la simplicité.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi
Éric Lanthier

Éric Lanthier | Mes remerciements aux lecteurs de Québec Nouvelles

La vie m’a appris une chose, le sens du timing, savoir s’arrêter au bon moment. La course à la chefferie du Parti conservateur du Québec (PCQ) me rassure, car elle fera entendre une voix nouvelle qui fragilisera le concept de la pensée unique, trop largement implanté au Québec.

  • Nouvelles semblables
  • Autres articles de Claude Roy

Un Noël sans cadeaux

C’est un Noël a oublié tout comme l’année où tout le monde, en confinement forcé, va regarder le Bye Bye. Nous le voyons, nous le constatons, l’heure n’est plus aux railleries, aux illusions et aux rêveries. Nous devons discuter de ce que nous voulions faire, ce qui nous intéressait, ce a quoi nous espérions.

Vieillir en regardant la télévision avec la CAQ

Comment expliquer la situation actuelle sans pour autant décrier des mesures, poser des questions, et appliquer des solutions. Jamais un premier ministre au Québec n’aura eu un tel mandat. Nous avons donné nos votes à un parti qui voulait changer les choses, proposer de nouvelles idées et finalement entraîner le Québec avec lui dans son héritage culturel.