• partager
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Pour le bien du pays, Justin Trudeau doit quitter son poste

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Après le déluge épidémique, voilà désormais que la crise passe du niveau sanitaire au niveau fédéral, et n’implique rien de moins que le pire Premier ministre que le Canada n’ait jamais eu, Justin Trudeau.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on reddit
Share on email

Après le déluge épidémique, voilà désormais que la crise passe du niveau sanitaire au niveau fédéral, et n’implique rien de moins que le pire Premier ministre que le Canada n’ait jamais eu, Justin Trudeau. Englué dans un scandale qui a toutes les apparences d’une mentalité typiquement « république de banane », Justin Trudeau puise dans les coffres de l’État comme s’il s’agissait de son propre portefeuille, jusqu’au moment où la vérité surgit au grand jour, et qu’il doit malencontreusement faire acte de contrition. Naturellement, il n’y a pas une once de sincérité au sein de ses pleutres excuses de comédien.

En même temps, est-ce vraiment une surprise ? Nous savons déjà depuis un moment que Justin Trudeau est foncièrement indigne du poste qu’il occupe. À la tête de l’exécutif du pays, mais aussi de la fonction publique, une telle charge implique un sens du devoir clairement au-dessus de la moyenne. L’homme qui remplit cette fonction honorifique doit civiliser ses désirs personnels et œuvrer prioritairement pour le bien de la Nation. Il s’agit d’une vocation exigeante et contraignante, qui nécessite une dose d’ascétisme et de stoïcisme. Justin Trudeau, rongé par l’égocentrisme viscéral et une médiocrité d’esprit, est tout simplement incapable de supporter le fardeau de la charge politique.

Dans les « républiques de bananes », le dirigeant politique se sert de l’État comme s’il s’agissait de son propre bien. Plutôt que d’user des fonds publics afin de contribuer au bienêtre de la communauté, l’homme corrompu usera de ces mêmes fonds afin de satisfaire ses désirs, obtenir des faveurs et se procurer des avantages qui ne concernent que sa propre personne, ou son entourage proche. Justin Trudeau s’inscrit dans une telle logique de corruption. Tout au long de son mandat, il n’a cessé de dédaigner la classe populaire, obnubilé par son progressisme clientéliste et son mondialisme liberticide. Il ne gouverne qu’en fonction de sa propre volonté, et délaisse la volonté du Peuple. Il ne voit le peuple canadien que comme un simple fragment de l’humanité, sans particularité propre.

Sans aucun doute, le voyage en Inde fut un moment charnière dans la trajectoire de Justin Trudeau. Il s’agissait d’un point de rupture, comme si le Canada était condamné à sombrer dans l’insignifiance et s’échapper de l’Histoire. La tragique déchéance du Canada, qui s’accomplit sous nos propres yeux, doit être renversée. Nous devons impérativement briser cette fatalité, et ce à partir de la volonté populaire. Au Sud de notre frontière, nous avons un Président qui rapatrie les industries américaines dans le sillon national, galvanise la classe populaire, cherche à protéger le patrimoine civilisationnel, stimule l’exploitation des ressources naturelles et s’inscrit dans une redoutable guerre contre la gauche radicale et la Chine communiste. Le patriotisme des Amériques n’a pas dit son dernier mot.

Le Canada n’a pas à s’effondrer à cause de la scandaleuse démesure d’un seul homme, inapte à diriger le pays dû à sa médiocrité. Incapable de faire régler l’ordre national, empêtré dans une logique de corruption systématique, dictant des politiques économiques absolument dévastatrices, préconisant un règne international totalement amorphe… Le règne de Justin Trudeau est une catastrophe monumentale, et le scandale We Charity sonne l’apogée de la trajectoire. L’heure est au renversement. Il faut redresser le pilier national. Justin Trudeau doit quitter le parlement, et ce pour le bien du pays. Plutôt que le déclin, nous préconisons la gloire et la grandeur, celle qui s’inscrit dignement dans l’Histoire.  

***

Québec Nouvelles ne reçoit aucun fonds publics et survit grâce au bénévolat de ses journalistes et aux donations de ses lecteurs. Votre contribution nous permet de combattre le narratif trompeur des médias québécois, et d’injecter un peu de rigueur au débat national.  

Cliquez ICI pour faire un don !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on reddit
Reddit
Share on email
Email

Les nouvelles à ne pas manquer cette semaine

  • Vous aimeriez aussi

OPINION: Pourquoi Peter MacKay va gagner

Ce n’est pas seulement parce qu’il a reçu l’appui de 61 députés ou sénateurs qu’il va remporter la course au leadership du Parti conservateur. Ni

Le Canada doit redevenir un leader du secteur de l’énergie

Le Canada doit faire preuve de leadership et toutes les provinces et territoires doivent s’unir en tant que pays pour soutenir notre secteur de l’énergie, compte tenu de son importance relative pour l’ensemble de l’économie canadienne.

  • Nouvelles semblables

Je n’accepte pas les excuses de Justin Trudeau, et vous ?

Honnêtement, la mise en scène du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, lundi matin lors de sa conférence de presse était littéralement pathétique et lamentable tout autant que ses excuses bidon qui sont survenues 16 jours après avoir été pris les deux mains dans le pot à biscuits de 900 millions de dollars.

  • Autres articles de Félix Racine